AIRES PROTEGEES ET AMENAGEMENTS FORESTIERS AU CAMEROUN: ETAT DE LIEUX, ACTEURS ET MODE DE GESTION

lucmoutila@yahoo.fr

INTRODUCTION

Le Cameroun, pays d’Afrique centrale compte une variété d’aires protégées parmi lesquelles les parcs nationaux, les réserves fauniques et de flore, les sanctuaires etc. …La diversité de ces aires , les nombreuses ressources dont celles-ci regorgent auxquelles on associe les exigences tant internationales que nationales, recommandées depuis la conférence de Rio de 1992, justifient à bien des égards le mode de gestion  qui caractérise les aires protégées actuellement au Cameroun ainsi que l’euphorie manifeste de nombreux acteurs intervenant dans le domaine  forêt – environnement. La gestion des forêts et l’aménagement forestier au Cameroun ont  longtemps été l’apanage de l’État. Mais depuis 1994 avec la promulgation de la loi n°94/01 du 20 Janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche et surtout grâce à l’introduction du concept de la foresterie communautaire, de nouveaux acteurs se sont investis dans la gestion des forêts, qui représentent un secteur important de l’économie du Pays. En effet, il est question,  dans le cadre de cette réflexion , de s’interroger sur  les nouveaux acteurs de l’aménagement forestier  et sur le mode de gestion  des aires protégées au Cameroun . Pour répondre à cette double préoccupation,  il importera de présenter une cartographie exhaustive des aires protégées au Cameroun (I), de donner les superficies de ces différentes aires, les années de création et le mode de gestion  desdits espaces (II). Dans le souci de cerner les logiques et les différents acteurs institutionnels et non institutionnels impliqués dans la gestion des aires protégées au Cameroun nous dresserons la liste des ONG responsables de la protection des écosystèmes forestiers au Cameroun (III) et enfin nous analyserons quelques  projets d’aménagement forestier au Cameroun (IV).

 

1.             Cartographie des aires protégées du Cameroun

parcs et réserves au Cameroun

 

 

2.    Les aires protégées au Cameroun : superficie, année de création et mode de gestion

     L’ensemble constitué de parcs nationaux, de réserves forestières, des sanctuaires représente les aires protégées. Il convient de souligner qu’il existe une différence entre les parcs nationaux et les réserves forestières. La principale différence entre parcs nationaux et réserves forestières et fauniques réside en ce que les parcs sont bien entretenus et comprennent des routes et des installations pour logement afin de faciliter les visites des touristes tandis que les réserves forestières  n’ont pas de telles  infrastructures et ne reçoivent pas de touristes, mais uniquement les spécialistes qui y travaillent. Les réserves forestières sont cependant semblables aux parcs parce qu’elles contiennent suffisamment d’animaux.

 

2.1-Tableau récapitulatif des aires protégées au Cameroun

 

Désignation et nom

Superficie ha

Situation du plan d’aménagement

gestionnaire

PARC NATIONAL

 

 

 

1-Parc national de Campo-Ma’an

260.944

Approuvé

Etat / FEDEC

2-Parc national de la Bénoué

199.241

Approuvé

Etat

3-parc national de Bouba ndjida

213.414

 

4-parc national de Boumba Bek

238.941

 

5-parc national de Kala- maloué

6.757

 

6-parc national de la vallée du Mbéré

74.884

 

7-parc national de Lobéké

218.372

Approuvé

Etat/WWF

8-parc national de Mozogo Gokoro

1.736

Etat

9-par national de Mpem et djim

104.139

Etat

10-parc national de Nki

326.567

Etat /WWF

11- parc national de Waza

141.939

Approuvé

Etat

12-parc national de Mbam et djerem

430.242

Etat /FEDEC

13- parc national de Faro

36.000

Etat

14-parc national de Korup

129.457

Approuvé

 

RESERVE DE FAUNE

 

 

 

1-Réserve de faune Douala Edéa

168.116

Etat

2-Réserve de faune de Kimbi

5.163

Etat

3-Réserve de faune Sanctchou

9.500

Etat

4-Réserve de faune du Dja

590.053

Etat /ECOFAC

5-Lac Ossa wild life reserve

4.539

Etat

SANCTUAIRES

 

 

1-A gorilles de Mengamé

120.646

Etat/ ITTO

2-Banyang-Mbo Wildlife sanctuary

45.169

Etat

3-sanctuaire de Rumpi Hills

1.000

Etat

ZONES EN CREATION

 

 

1-Parc national de Ngondoré

230.000

 

2-parc national d’Ebo

143.000

 

3-réserve intégrale du Mont Kupé

4.300

 

4-parc national de Lom Pangar

47.686

 

5-réserve écologique intégrale de Manengouba

5.252

 

6-Réserve des monts Bamboutos

2.500

 

7-Réserve écologique intégrale de Kupé

4.676

 

Source : DFAP – MINFOF (2006)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2.2.  Les aires protégées au Cameroun : superficie, année de création, et mode gestion

 

   Les parcs et les réserves au Cameroun sont gérés par l’Etat. Depuis quelques années quelques ONG et organismes y interviennent et apportent à l’Etat toute l’expertise et des ressources nécessaires  pour la gestion et surtout pour la préservation de la biodiversité. Toutefois certains parcs et réserves sont gérés par l’Etat exclusivement alors que d’autres sont conjointement gérés par l’Etat et les organismes qui financent les projets de conservation.

2.2.1. Présentation de quelques parcs au Cameroun

 

·        Le parc national de Waza :

  Crée en 1968, ce parc couvre 141000 ha. Il est situé à  120 Km de Maroua et  à 135 Km de Kousseri. C’est le parc le plus connu et le plus spectaculaire de toute l’Afrique francophone. On y trouve des lions des guépards des éléphants, des hippopotames, des girafes, des phacochères, des panthères et une grande variété d’oiseaux. Le parc est accessible grâce à des avions DC4 qui peuvent atterrir sur une piste de 18000 mètres. Il existe un campement pour touristes sur le versant sud.

·        Le parc de la Bénoué

Avec une superficie 199.241ha le parc de la Bénoué est situé le long de la route N’Gaoundéré – Garoua. Il est ouvert aux touristes toute l’année contrairement à celui de Waza. Les hippopotames qui se trouvent dans les marécages et dans le fleuve Bénoué sont les principaux habitants de parc. Le parc offre les possibilités d’hébergement dans ses principaux campements.

·        Le parc de Boumba-  Bek et Nki

   Les Parcs nationaux de Nki et de Boumba- Bek sont constitués par un mélange de forêt sempervirente, de forêt semi- décidue et une forêt mixte. Près de 14 types de formations végétales y ont été trouvées avec environ 831 espèces de plantes de diamètre à hauteur de poitrine supérieure à 10 m. Complexe de deux parcs nationaux contigües couvrant une superficie de 547 617 ha soit respectivement 309362 ha pour le Nki et 238 255 ha pour Boumba- Bek. Associés ces parcs nationaux constituent l’aire protégée la plus vaste du Cameroun.

        

2.2.2. Règlements relatifs aux visites dans les parcs nationaux

   Dans le souci de protéger les touristes du danger et de préserver les diverses espèces d’animaux, l’Etat camerounais a imposé des règlements en matière de visites dans les parcs. Voici quelqu’un  de ces règlements.

         Une somme modique est habituellement exigée au touriste qui entre dans le parc.

         Il est interdit de résider dans le parc ou de pique niquer.

         La chasse est strictement interdite dans les parcs et les contrevenants s’exposent à des peines sévères. Les animaux et oiseaux des parcs sont de deux sortes : ceux qui sont totalement protégés et ceux qui sont partiellement protégés et dont la chasse comporte certaines restrictions.

         Les voitures ne sont pas admises sur des pistes autres que celles tracées à cet effet.

         Les visiteurs ne devraient pas sortir de leur véhicule pour suivre les animaux.

 

 

2.3.   Les réserves forestières

  Il existe au Cameroun des réserves de faune et de flore. Le mode gestion des réserves n’est pas le même que celui des parcs. Car dans la plupart des réserves les animaux sont dispersés dans la forêt luxuriante qui renferme une végétation exubérante. Le Cameroun compte 18 réserves, mais la réserve du Dja qui couvre une superficie  de 526 000 ha est remarquable  de par sa biodiversité que pour la très grande variété de primates qui y vivent. Cette réserve extraordinaire a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Cette réserve est cogérée par l’Etat et ECOFAC (Ecosystème d’Afrique Centrale) qui a pour objectif de développer l’écotourisme et la vie sauvage. La réserve du Dja est le prototype même de la gestion de réserve au Cameroun.

   3. Les ONG responsables de la gestion des forêts au Cameroun

     Depuis 1994, une nouvelle loi montre la volonté affichée des pouvoirs publics d’ouvrir la gestion des forêts aux collectivités territoriales décentralisées, aux  communautés  locales ainsi qu’aux associations et les ONG. Le résultat de ce processus  a été  l’élaboration du manuel des procédures  d’attribution  et des normes d’aménagement des forêts communautaires depuis Avril 1998. Ledit manuel met en relief les différentes démarches requises pour obtenir et aménager une forêt communautaire. C’est dans ce contexte que de nombreuses ONGS ont été créées et se sont lancées dans la gestion des forêts. C’est le cas de L’ONG Nature + financée  par l’Union Européenne qui aident la communauté Badjoué à gérer leur projet de foresterie communautaire. La SNV (Organisation néerlandaise  pour le développement) soutient L’OOCBB, une ONG locale à Lomié, dans la gestion des forêts communautaires. De nombreuses ONG nationales s’investissent activement dans le domaine des forêts au Cameroun. A ce titre nous citons  le cas de la CEW (Cameroon Environnment Watch). C’est une ONG basée Yaoundé qui a fait des preuves dans le domaine des forêts. Elle a travaillé sur la certification, le braconnage, la cartographie forestière en partenariat avec le GFW (Global Forest Watch).

 

    4. Projets d’aménagement et de gestion forestière au Cameroun

Les projets ou programmes relatifs à la gestion des forêts sont nombreux. Ils sont  parfois le fruit d’une volonté locale ou  procèdent  de la  coopération  sous- régionale ou multinationale.

Projet

DESIGNATION

Echelle

ANAFOR

Agence nationale d’appui au développement forestier

nationale

CETELCAF

centre de télédétection et cartographie forestière

nationale

ProPSFE

programme sectoriel forêts environnement du Cameroun

nationale

PSRF

Programme de sécurisation des recettes forestières

nationale

SIGIF

Système informatisé de gestion des informations forestières

nationale

GFBC

Groupement filière bois du Cameroun

nationale

CARPE

Central Africa regional programm for environnement

Sous- régionale

ECOFAC

Ecosystème forestier d’Afrique centrale

Sous- régionale

FORCOMS

Système de suivi volontaire et indépendant des concessions forestières en Afrique centrale

Sous- régionale

TNS

Tri- national de la sangha

Sous- régionale

TRIDOM

Tri – national Dja- odzala- Minkébé[1]

Sous- régionale

OSFAC

Observatoire satellital des forêts de l’Afrique centrale

Sous- régionale

AFLEG

Application des législations forestières et la gouvernance en Afrique

régionale

PACEBCO

Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo

régionale

OAB

Organisation africaine du bois

régionale

OABT

Organisation africaine des bois tropicaux

régionale

CIFOR

Center for international forestry research

internationale

ESRI

Environmental systems research institute

internationale

GFW

Global forest watch

internationale

GTZ

Coopération technique allemande

internationale

UICN

Union mondiale pou la nature

internationale

WRI

World ressources institute

internationale

WWF

Fonds mondial pour la nature

internationale

SNV

Organisation neerlandaise pour le développement

internationale

 

5. Etude de cas de deux projets ou programme : le ProPSFE et le PACEBCO

    5.1.- Le ProPSFE

  Le ProPSFE (programme d’appui au programme sectoriel forêts – Environnement est un programme du pôle prioritaire de la coopération germano – camerounaise « gestion durable des ressources naturelles ». En effet depuis les années 1980 la GTZ appuyait le « secteur vert » au Camerun à travers une multitude de projets souvent spécifiques à des localités.  A partir de 2003, les acquis de ces projets ont été consolidés en un programme de gestion des ressources naturelles (PGDRN). En 2007  le PGDRN  a été renommé  programme d’appui au PSFE ( ProPSFE).

 Ce programme vise entre autre :

         La gestion durable des ressources naturelles au Cameroun par les acteurs du secteur forêt – environnement

         L’utilisation des revenus forestiers pour le développement par les acteurs au niveau local

         La bonne gouvernance  à tous les niveaux politiques pour une exploitation durable des ressources forestières et leurs bénéfices économique et social sur la base d’un cadre juridique amélioré.

         La gestion transparente des ressources financières en vue de la mise en œuvre du PSFE

         L a mise en œuvre du PSFE au niveau des structures déconcentrées

         Le suivi des effets du PSFE et les contributions régionales dans le bassin du Congo

 

 

 

Les projets «  sources » du ProPSFE :

1994 : Projet de protection des ressources naturelles dans la région du Mont Cameroun (MCP- Mont Cameroon Project)

1996 : Projet de protection des forêts naturelles dans le sud –est du Cameroun

   ( PROFORNAT)

1998 : conseiller pour l’environnement auprès du MINEF (Ministère de l’environnement et des forêts)

2000 : Projet de promotion du parc national de korup

2000 : projet de protection des forêts d’Akwaya (PROFA)

2001 : projet de promotion de l’écotourisme au Cameroun (ECOTOUR)

 

 

      5.2. – PACEBCO : Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo

    Le PACEBCO (Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo) a été lancé le 16 septembre 2009 à Kinshasa par la CEEAC et  la COMIFAC. Ce programme a pour objectif d’assurer la régénération des écosystèmes et améliorer les conditions de vie des populations, et le renforcement des capacités  de la COMIFAC et de ses institutions partenaires. Ce programme cofinancé à hauteur de 28.53 milliards de F CFA par la CEEAC et la BAD, a une durée de cinq ans et couvrira six des douze paysages écologiques du bassin du Congo. Il comprend quatre composantes :

         Le renforcement des capacités des institutions du traité de la COMIFAC

         La gestion durable de la biodiversité et adaptation aux changements climatiques

         La promotion durable du bien –être des populations

         La gestion et coordination du programme

 

                    Références bibliographiques

1-     Joseph Tiebou (2001).- problématique de la gestion des aires protégées au Cameroun : les réalités d’une volonté, IUED, 57 p.

2-    Catherine Aubertin, Estienne Rodary (2008).- Aires protégées, espaces durables ? , IRD

3-     Alain Bertrand et al. (2006).- l’Etat et la gestion durable des forêts en Afrique  francophone  et à Madagascar, l’harmattan

4-     UICN (1994).-des parcs pour la vie, UICN

5-     Loi n°94 /01 du 20 Janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche au Cameroun

6-     Loi n°96/12 du 5Aout 1996 portant loi cadre relative à la gestion de l’environnement au Cameroun

 

 

 

 

 


[1] Initiative transfrontalière s’intégrant dans un contexte d’accroissement de l’harmonisation en matière de gestion  des ressources naturelles dans la sous région


2 réflexions sur « AIRES PROTEGEES ET AMENAGEMENTS FORESTIERS AU CAMEROUN: ETAT DE LIEUX, ACTEURS ET MODE DE GESTION »

  1. pamsy

    Article intéressant je suis informaticienne et je m’intéresse depuis peu à la gestion durable des aires protégée. je suis à la recherche de problématiques d’actualités en qui concerne la gestion durable des aires protégées.

    Répondre
  2. ADINGRA KOUAME NOEL

    bonsoir je suis un jeune ivoirien du nom de ADINGRA KOUAME NOEL diplôme d’un brevet de technicien agricole option FORESTERIE. J’aimerais exercer au Cameroun pour apporter mon savoir et obtenir d’autres savoirs du Cameroun. J’ai fais mon stage de perfectionnement à l’office ivoirien des Parcs et Resserves( OIPR)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.