LA MANGROVE DE YOUPWE: PRESSIONS ET DYNAMIQUE

XVIe COLLOQUE  DU SECRÉTARIAT INTERNATIONAL FRANCOPHONE POUR L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ( SIFEE) : YAOUNDÉ 2011
voir l’article original sur http://www.sifee.org/
MOUTILA BENI LUC, 3e CYCLE DE GÉOGRAPHIE
lucmoutila@yahoo.fr ; Tél:+237 675 38 04 18

La mangrove de Youpwe en danger

La mangrove de Youpwe en danger

RÉSUME: 
Située du 4° 00 au 4° 8’N et du 9°30′ au 9°49’E, Douala, capitale économique du Cameroun connait depuis quatre décennies une pression démographique sans précédent. A l’instar des autres villes des pays en développement, la construction des équipements sociaux n’y a pas suivi le rythme de la croissance démographique. Depuis 1990 la « faim foncière » à Douala couplée à la crise économique qui a frappé de plein fouet le Cameroun ont favorisé l’occupation de l’espace à mangrove de Youpwe, considéré jadis comme un campement de pêcheurs. Le développement de l’habitat, la pratique des activités comme le prélèvement du bois de feu, l’extraction du sable, s’illustrent comme des facteurs majeurs de la régression de la mangrove à YOUPWE. La pression urbaine et sociale qui se manifeste à travers des pratiques et les modes de pensées de nombreux acteurs aux logiques divergentes contribuent de manière significative à la transformation de l’espace à mangrove. L’analyse des photos aériennes, a permis de relever différentes phases de régression de la mangrove à Youpwe depuis 1978. La pression sans cesse croissante sur les ressources se traduisant par la diminution et la disparition de nombreuses espèces floristiques, halieutiques et fauniques a généré des dysfonctionnements de l’écosystème de mangrove causant ainsi des répercussions hydro-morphologique et socio-économique à Youpwe. Des projections démographiques et spatiales indiquent que la mangrove de Youpwe, en dépit des projets de conservation et de protection en cours pourrait être soumise davantage à une pression anthropique intense dans les trois prochaines décennies.

ABSTRACT:
Situated between latitude 4° 00 to 4° 8 N and longitude 9° 30 to 9° 49 E, Douala the economic capital of Cameroun has since four decades witness an unprecedented demographic pressure. Like other towns of the developing countries, the construction of social facilities does not follow the demographic increase. Since 1990, the need of land for settlement and the economic crisis that stroke our country have favored the invasion and occupation of the Youpwe mangrove, considered for a long time as camp for fishermen. The development of habitat, the carry out of activities like fuel wood exploitation and sand extraction, stands to be the majors’ factors for mangrove regression in Youpwe. The social and urban pressure that is been manifested by practice and thought of actors with divergent logics, has contributed in a significant manner to the transformation of mangrove space. The analysis of aerial photographs permitted to identify the different phases of regression of the Youpwe mangrove since 1978. The unceasing increased pressure on the resources at Youpwe been manifested by the reduction and extinction of numerous flora, halieutic and fauna species has generated malfunctioning of mangrove ecosystem causing hydro-morphologic and socio – economic repercussions. Demographic and spatial projections show that the Youpwe mangrove, despite many projects of conservation and protection undertook should be more subjected to future intense human pressure in the next three decades.

CONTEXTE:
Le présent travail de recherche qui a pour thème « Pression et dynamique de l’espace côtier à mangrove de Youpwe (Douala) » s’inscrit dans la perspective des rapports de l’homme avec son milieu, thématique qui a depuis longtemps sous-tendu  les débats scientifiques et qui reste d’ailleurs d’actualité. En effet depuis quelques décennies les déséquilibres des milieux à travers le monde ont suscité l’intérêt de la communauté internationale qui s’est fixée pour objectif la préservation des forêts à haute valeur de conservation. C’est dans cette perspective que fut signée en 1971, la convention de RAMSAR sur les zones humides. Cette convention définit les zones humides comme “des étendues de marais , de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles , permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante, ou courante, douce, saumâtre ou salée , y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres ». Selon cette même convention de Ramsar, une zone humide est une région où l’eau est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel et la vie animale et végétale”. En claire, une zone humide apparaît là où la nappe phréatique arrive près de la surface ou affleure, ou encore, là où des eaux peu profondes recouvrent les terres. L’espace côtier de Youpwe situé au sud des quartiers Bonapriso et Bonadouma II, et à l’ouest de la zone aéroportuaire dans l’arrondissement de douala IIe (Fig. n°1), répond parfaitement à tous ces critères et peut dès lors être considéré comme une zone humide. Malheureusement l’espace côtier de Youpwe comme bon nombre des écosystèmes humides dans le monde fait face à une pression qui se traduit par la surexploitation des ressources naturelles (terres, bois, ressources halieutiques, sable…) dudit espace. A Youpwe, les causes de cette exploitation abusive des ressources de l’espace côtier sont nombreuses ; mais celles-ci se résument en quelques mots : le regard que la société porte sur l’espace estuarien de Youpwe. Toutefois de nombreux programmes ont été ont été mis sur pied tant sur le plan régional que national en vue de la préservation des écosystèmes et de la gestion des ressources naturelles. Nous citons entre autres :

–Le PACEBCO : Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo.
– Le PACEBCO (Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo) a été lancé le 16 septembre 2009 à Kinshasa par la CEEAC et la COMIFAC. Ce programme a pour objectif d’assurer la régénération des écosystèmes et améliorer les conditions de vie des populations, et le renforcement des capacités de la COMIFAC et de ses institutions partenaires. Ce programme cofinancé à hauteur de 28.53 milliards de F fca par la CEEAC et la BAD, a une durée de cinq ans et couvrira six des douze paysages écologiques du bassin du Congo.
-Le ProPSFE (programme d’appui au programme sectoriel forêts – Environnement), cadre de référence des interventions qui concourent à la réalisation des objectifs de la politique forestière nationale, identifie désormais la protection des mangroves comme activité prioritaire. Dans cette perspective et dans le cadre de la convention signée avec la FAO, le gouvernement camerounais à travers le ministère de l’environnement et des forêts s’est engagé à:
– Sensibiliser les populations sur le rôle écologique et l’importance écologique des mangroves.
– Etablir les plans d’aménagements et de gestion participative avec les populations riveraines. – Le projet intitulé « gestion participative et conservation de la biodiversité des mangroves » L’Etat camerounais, à travers le Ministère des forêts de concert avec l’Organisation des Nations Unies pour l‘Agriculture et l’Alimentation (FAO), ont lancé un vaste et ambitieux programme de protection et de conservation de la mangrove au Cameroun au mois d’Août 2004. La convention signée conjointement par la FAO et le Ministère des forêts porte sur un projet intitulé « gestion participative et conservation de la biodiversité des mangroves ». Ce projet d’un montant de 383 000 dollars américains a pour objectif la protection des forêts de palétuviers au Cameroun. Cette convention permettra de financer les services de spécialistes en aménagement participatif et conservation de la biodiversité, en hydro pédologie, étude d’impact, en pêche artisanale, en aquaculture, en droit environnemental et en gestion des ressources naturelles.
-Le PSFE: le programme sectoriel Forêt/ Environnement (PSFE), cadre de référence des interventions qui concourent à la réalisation des objectifs de la politique forestière nationale, identifie désormais la protection des mangroves comme activité prioritaire. Dans cette perspective et dans le cadre de la convention signée avec la FAO, le gouvernement camerounais à travers le ministère de l’environnement et des forêts s’est engagé à.
– Sensibiliser les populations sur le rôle et l’importance écologique des mangroves.
– Etablir les plans d’aménagements et de gestion participative avec les populations riveraines.

LOCALISATION DE LA ZONE D’ÉTUDE:

CARTE DE YOUPWE

I- PROBLÉMATIQUE

Notre thème de recherche pose concrètement le problème de la dynamique des paysages et de la gestion des ressources naturelles dans un territoire éclaté ; c’est-à-dire dans un espace non approprié idéologiquement par les populations qui y habitent. Au regard de ce qui précède la question fondamentale suivante mérite d’être posée: Comment la mise en valeur de l’espace côtier de Youpwe, commencée timidement il ya quatre décennies s’est-elle accélérée à partir des années 1990 au point de poser aujourd’hui les problèmes de dégradation de ressources, de déséquilibres et des mutations impressionnantes?

QUESTIONS DE DÉPART:
Cinq (05) questions subsidiaires se dégagent des interrogations formulées précédemment.
1-Quels ont été les modes d’acquisition des lots ou des propriétés à Youpwe lors des toutes premières installations ? Qu’en est-il de nos jours ?
2-Quelles sont les logiques des acteurs impliqués dans la gestion et la mise en valeur des différentes ressources de l’espace marin et côtier de Youpwe ?
3- Quels sont les facteurs responsables de la dégradation de l’espace marin et côtier de Youpwe? Quelles sont les formes d’exploitation de l’espace à mangrove de Youpwe ?
4- Quelles sont les contraintes induites par l’occupation anarchique de l’espace à mangrove à Youpwe ?
5 – Quelles seront les implications d’une augmentation vertigineuse probable de la population de Youpwe sur les efforts de conservation et de protection de la mangrove d’ici à 2050?

II- L’OBJECTIF PRINCIPAL :
Montrer que du fait des représentations divergentes, les individus, les groupes, les associations tout en se déployant à Youpwe exercent une pression sur les ressources de l’espace côtier et contribuent à l’évolution ou à la transformation profonde de cette zone dite humide.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES:
Les objectifs spécifiques de notre travail de recherche consistent entre autres à :
1- Présenter l’historique et les modalités de l’occupation massive de l’espace à mangrove de Youpwe considéré comme un secteur marginal de la ville de Douala.
2- Présenter les différentes ressources de l’espace côtier de Youpwe et relever les enjeux socio – politiques autour de l’espace à mangrove et de sa mise en valeur à Youpwe.
3- Déterminer les facteurs responsables de la dégradation de l’espace marin et côtier et décrire et expliquer les formes d’exploitation de la mangrove à Youpwe.
4- Evaluer les contraintes hydro – morphologiques, sociales et économiques induites par l’occupation anarchique de l’espace à mangrove par les populations.
5- Faire une analyse prospective de l’incidence de la croissance démographique et spatiale à Youpwe sur les initiatives de protection et de conservation de la mangrove à Youpwe.

III- HYPOTHÈSE PRINCIPALE:
Nous avons estimé que la régression du couvert végétal (mangrove) à Youpwe, l’exploitation irrationnelle des ressources et la dynamique de l’espace côtier sont la résultante d’une pression orchestrée par les actions d’une multitude d’acteurs aux intérêts contradictoires.

HYPOTHÈSES SECONDAIRES:
Les hypothèses secondaires qui nous ont servi de base de raisonnement sont les suivantes :
1- L’installation massive des populations dans la localité de Youpwe dès la fin des années 1980 est consécutive à une croissance démographique de la ville de Douala mais aussi à la faim foncière qui en a résulté.
2- La richesse et la diversité des ressources de l’espace marin et côtier de Douala et particulièrement du géosystème de Youpwe suscite depuis quatre décennies la hantise d’une multitude d’acteurs aux logiques diverses en vue de sa mise valeur et de son exploitation.
3- Les activités anthropiques telles que la pêche, l’extension spontanée de l’habitat, les besoins en combustibles (bois), l’extraction du sable, les activités industrielles et agricoles sont des facteurs principaux de la dégradation et de la transformation de la mangrove et de l’espace côtier en général à Youpwe.
4- – L’occupation anarchique de l’espace à mangrove et l’exploitation abusive des ressources présentent des conséquences hydrologiques et morpho-pédologiques à Youpwe avec des implications sociales et économiques.
5- Les croissances démographique et spatiale accélérées à Youpwe remettent dangereusement en cause les actions et les initiatives de protection et de conservation de la mangrove entreprises par les ONG et les organismes internationaux.

IV – MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE:
Pour vérifier les hypothèses formulées ci- dessus, nous avons opté pour une approche systémique et participative basée sur trois méthodes différentes mais certes complémentaires couramment employées en géographie. Il s’agit entre autres de la lecture et de la recherche documentaire, de l’échantillon et mode d’acquisition de données, et enfin du mode de traitement des données.

– Lecture et recherche documentaire Notre travail a commencé par la recherche et l’analyse documentaire. Ainsi dans un premier temps nous avons consulté des cartes de la région de Douala dans le but de circonscrire notre zone d’étude. Par la suite nous avons examiné les registres du service de cadastre et les archives de la Mission d’Aménagement et d’Equipement des Terrain Urbain et Ruraux (MAETUR), agence de Douala) afin de cerner l’état de lieu de la propriété foncière à Youpwe. Dans le même ordre d’idée les résultats des recensements et des informations contenues dans les schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) de la communauté urbaine de Douala (CUD) ont été examinés. Nous avons aussi consulté des tableaux, des calendriers des différentes activités économiques représentatives à Youpwe ceci dans but de comprendre le déroulement des différentes activités mais aussi pour avoir des données quantitatives sur la pêche et l’extraction du sable. Pour ce qui concerne les données de la pêche nous nous sommes approchés auprès du poste de pêche de Youpwe et de la Mission de Développement de la Pêche Artisanale Maritime (MIDEPECAM). Nous avons en outre fait un recours à plusieurs formes de sources bibliographiques. A cet effet nous avons consulté les revues spécialisées, les ouvrages généraux, les mémoires et thèses ayant un rapport direct ou indirect avec notre thème de recherche. Certains sites et document sur Internet ont été d’un apport indéniable dans l’aboutissement de ce travail de recherche. En définitive nous avons confronté les données et informations de divers spécialistes de sciences à savoir les biologistes, naturalistes, pédologues, hydrologues, démographes afin d’avoir un aperçu systématique et transdisciplinaire de notre sujet de recherche. La méthode de recherche par nous adoptée tout au long de notre mémoire peut être entendue comme une conciliation des méthodes de recherche conventionnelle et les méthodes de la recherche participative c’est-à-dire une approche de recherche fondée sur la consultation des populations des groupes des associations, des autorités coutumières dans le souci de faire participer le grand public à la recherche. Cette approche a des avantages réels dans le sens où elle favorise l’implication des populations dans le processus de recherche. Elle permet de ce fait de recueillir sans trop de difficultés les avis et les informations recherchées. Cette approche a permis d’appréhender et de comprendre les logiques d’acteurs impliqués dans la gestion de l’espace côtier de Youpwe à travers la définition des critères patrimoniaux tels : la richesse de l’espace, les menaces qui y pèsent, l’adaptabilité des acteurs, la cohérence i.e. la légitimité de revendications des différents acteurs. Plutôt que de sombrer ou de rester figé dans une approche naturaliste stricto sensu, nous avons opté pour une approche système eu égard de la complexité de notre thème de recherche.
– L’Echantillon et mode d’acquisition de données Les travaux sur le terrain ont consisté dans un premier temps en une excursion de part et d’autre sur notre zone d’étude en vue de faire les observations et d’identifier les zones à problèmes. Après cette excursion générale sur notre site qui a duré un (01) jour, en l’occurrence le 04 Novembre 2007, nous avons ensuite défini les itinéraires. Ainsi, notre deuxième descente sur le terrain a été précédée d’une notification auprès des autorités notamment le sous-préfet de Douala II à New- Bell qui nous a délivré une autorisation de mener nos travaux de recherche. Le travail proprement dit a consisté de prime abord en une enquête sociale. L’enquête sociale que nous avions entreprise auprès de 268 ménages soit 700 habitants sur les trois mille âmes que compte le quartier a été basée sur un questionnaire comportant des questions relatives sur plusieurs domaines dont l’exploitation de la Mangrove, l’érosion côtière, la propriété foncière, l’exploitation du sable, la pêche. Le type d’échantillonnage par nous retenu est l’échantillonnage en strate parce que très idéale pour une enquête qui touche des secteurs aussi variés et qui concerne à la fois une population autochtone et une population dite immigrée.
Notre enquête sociale a aussi revêtue la forme des interviews semi – structurées, et des guides d’entretien. Ces enquêtes sociales avaient pour but :
– d’analyser la qualité, le mode d’occupation du sol à Youpwe ; – de saisir et comprendre la perception des populations vis-à-vis des problèmes de dégradation de la mangrove ainsi que les problèmes d’érosion côtière et d’inondation ;
-de comprendre et de prendre en compte les logiques des acteurs – de mieux appréhender les techniques de pêche, et estimer les quotas des captures ;
– d’évaluer la consommation du bois par les ménages.
D’autres techniques mises à contribution lors du travail de terrain sont le profil historique et la cartographie participative. Le profil historique avait pour but de cerner comment l’installation humaine s’est faite à Youpwe. Le profil historique nous a permis d’appréhender des différentes dates qui ont marqué l’histoire du quartier Youpwe. Les cartes participatives quant à elles, avaient pour but de permettre de mieux connaître le site grâce à la collaboration des populations locales dans la recherche. C’est ainsi qu’une carte participative du quartier Youpwe a été réalisée par les fils du chef du quartier. Cette carte nous a aidés à repérer les différents points marginaux du quartier. En plus des enquêtes économiques et sociales, les échantillons de sols, des sédiments, et des colluvions ont été prélevés de part et d’autre du site. Mais compte tenu de l’orientation ultime donnée à notre travail de recherche ceux -ci n’ont pas pu être analysés. La réussite de la collecte de ces différents échantillons sur le terrain a été rendue possible grâce à l’usage d’un certain nombre d’outils dont nous avons souhaité évoquer ici. Il s’agit entre autre de la carte topographique au 1/200 000 Buea-Douala, d’un double décamètre, d’un appareil photo numérique, d’une pelle-bêche et des emballages. Ainsi en vue de cerner la structure horizontale de la couverture végétale à Youpwe nous avons procédé aux relevés floristiques. C’est ainsi que nous avons mis au point un herbier. Celui-ci nous a permis de collecter les échantillons des rameaux des différentes espèces. Ensuite nous nous sommes rapprochés du département de Biologie et de physiologie végétale de l’Université de Douala qui nous a aidés à déterminer les différentes espèces. Ainsi, nous avons réalisé des transects écologiques dans l’optique de cerner l’étalement horizontal de la végétation à Youpwe. – Mode de traitement de données Notons qu’un accent particulier a été mis sur la photo-interprétation.
La principale méthode de traitement de données mise à contribution au cours de nos recherches est l’analyse et l’interprétation des photographies aériennes dont nous nous sommes procurées à l’Institut National de Cartographie de Yaoundé (INC) et à l’atelier de l’urbanisme de la communauté urbaine de Douala (CUD). Grâce à ces cartes nous avons procédé à la photo-interprétation, des différentes images de notre zone d’étude. Cette étude diachronique avait pour objectif de comprendre la dynamique et l’évolution de la mangrove de 1967 à 2005. De même, cette technique a permis de déterminer les modes et les formes d’occupation du sol à Youpwe. Outre la carte topographique de la région Buea- Douala et des photographies ariennes de la mission 66-67 NB 32 VIR, ainsi que de la couverture aérienne de la ville de Douala réalisée par la CUD en 2003, nous nous sommes servis du plan de la ville de Douala et des images satellitaires. Le logiciel Google Earth 5.0 a servi comme source des images satellites récentes de la ville de Douala pour l’actualisation des photos aériennes. Nous nous sommes servis aussi du logiciel Corel Draw X3 pour réaliser nos différentes cartes. Par ailleurs dans le souci de cerner la capacité du sol de notre site à absorber l’eau de ruissellement ou encore sa capacité à la retenir, nous avons procédé au prélèvement des échantillons du sol du site. Mais, faute du matériel adéquat pour jauger la perméabilité du sol du site, notre analyse s’est limitée à des simples observations et mesures empiriques. Nous aurions souhaité étudier la texture du sol de Youpwe pour mieux comprendre les phénomènes d’érosion et d’inondation qui affectent les berges à Youpwe ; mais cela n’a pas pu être possible faute de la disponibilité du matériel de laboratoire nécessaire.
– La méthode statistique Dans le cadre de notre travail de recherche, l’étendue des faits, la multiplicité des causes, et l’hétérogénéité de l’environnement nous ont amené à recourir à la méthode statistique. Cette méthode peut être subdivisée en trois phases :
– La phase matérielle : elle a consisté à effectuer successivement les opérations suivantes :
• Rassembler les documents.
• Dépouiller ces documents dans le but d’en extraire les données numériques.
• Critiquer les données. Il s’agit ici de la correction ou de l’élimination des données aberrantes.
• Présenter les données sous la forme de tableaux numériques soit sous la forme graphique.
– La phase analytique : Cette deuxième phase a consisté en :
• La mise en ordre logique des données.
La mise en évidence des caractéristiques des données chiffrées (calcul des moyennes par exemple, des variances, et du coefficient de corrélation linéaire).
• La formation d’hypothèses -La phase interprétative : Lors de cette dernière phase, il a été question :
• D’énoncer les conclusions Bien qu’elle soit manifeste tout le long de notre travail, la méthode statistique a été effective et d’un si grand apport lors de l’étude de la corrélation entre l’augmentation de la population et l’évolution de l’espace occupé à Youpwe.

Aussi, avons- nous analysé des séries chronologiques notamment en ce qui concerne l’évolution des captures des ressources halieutiques et le prélèvement des quantités de sable et de gravier à Youpwe.

V- RÉSULTATS DE RECHERCHE:

1-Modalités de l’occupation de l’espace à mangrove de Youpwe:
L’occupation de Youpwe à la fin de la décennie 1970 est consécutive aux expropriations survenues au lieu dit « petit village » (actuelle base navale). L’urbanisation accélérée et anarchique de Youpwe est étroitement liée à la croissance démographique de la ville de Douala (fig.2) à laquelle on peut ajouter la faim foncière et surtout la crise économique qui a frappé le Cameroun au milieu de la décennie 1980: Evolution de la population à Douala de 1884 à 2005 Source.

2- Les logiques des acteurs et représentations sociales de l’espace côtier de youpwe: Trois logiques identifiées:
– Une logique traditionnelle et affective caractérise les populations dites « autochtones ».
– Une logique rationnelle en valeur incarnée par les ONG et les associations de défense de l’environnement.
– Une logique mercantile froide ou en calcul d’intérêt qui caractérise les populations immigrées. Tableau n°1: profil des acteurs impliqués dans la gestion des ressources à Youpwe :

Matrice CAPE: Profil des acteurs à Youpwe

Matrice CAPE à Youpwe ou Profil des acteurs

3- Dégradation et exploitation abusive de l’espace marin et côtier de Youpwe: -L’arrivée des immigrants à Youpwe entraine l’exploitation irrationnelle des ressources: – la régression du couvert végétal au profit de l’habitat (Fig. 6) – une dynamique impressionnante de l’espace: Diminution progressive du couvert végétal à Youpwe au profit de l’habitat Source : Enquêtes personnelles, (Août 2009).

4- A Côté des activités traditionnelles comme la pêche, se développent alors à Youpwe des activités comme la coupe et la vente du bois de mangrove, l’extraction du sable (voir photo : vente de bois).
• L’arrivée des immigrants à Youpwe entraine l’exploitation irrationnelle des ressources.
• la régression du couvert végétal au profit de l’habitat (Fig. n° 4).
• une dynamique impressionnante de l’espace.

Fig. n°5 : Zone aéroportuaire et Youpwe : Couverture aérienne de 2003 et Évolution de l’occupation de l’espace à mangrove de Youpwe de 1978 à nos jours.

Dynamique spatiale à Youpwe

5- Incidences de la croissance démographique et spatiale sur les actions de conservation et de protection de la mangrove à Youpwe: Notre travail a eu le mérite de montrer l’évolution de l’espace à Youpwe de1978 à 2010. Il a également mené une étude prospective de l’évolution de la population et de l’occupation de l’espace à Youpwe à l’horizon 2035 ceci à partir de la droite de régression suivante : y = 0,01 + 4,71. D’où le nuage de point suivant:

Nuage de point mettant en relation l

L’intensité ou la force de la relation révèle un coefficient de corrélation r = o, 97. Fig. n°6 : Nuage de point mettant en relation l’augmentation de la population et l’évolution de l’occupation de l’espace à Youpwe Source : Enquêtes de terrain. Il va sans dire que, si la population continue d’augmenter à Youpwe comme nous l’avons démontré dans notre travail, la mangrove et bien d’autres ressources de l’espace marin et côtier disparaitront et même les actions de conservation entreprises par les associations, les ONG, et autres organismes seront compromises.

CONCLUSION:
L’espace côtier de Youpwe a été pris d’assauts sans l’ombre d’aucun doute par les populations en déshérence après les expropriations intervenues à la fin de la décennie 1970 au lieu dit « petit village » (actuelle base navale). L’urbanisation accélérée et anarchique de Youpwe fait suite à la croissance démographique de la ville de Douala à laquelle on peut ajouter la faim foncière et surtout la crise économique qui a frappé le Cameroun au milieu de la décennie 1990. Dans ce contexte marqué par la crise économique, les nombreuses ressources de l’espace marin et côtier (terres, terrains bon marché, bois, poisson, sable…) attirent des populations de différentes origines. Face à la demande de plus en plus croissante en terrain, le sol perd son caractère sacré et la notion de propriété se met en place dans un domaine public maritime. L’arrivée des immigrants à Youpwe est à l’origine des nombreuses représentations sociales de l’espace côtier. Ces représentations vont se traduire par toutes sortes de pressions sur l’espace favorisant ainsi l’exploitation irrationnelle des ressources, la régression du couvert végétal au profit de l’habitat (Fig. n°4) et une dynamique impressionnante du milieu (photo n°1). A Côté des activités traditionnelles comme la pêche se développent alors à Youpwe la coupe et la vente du bois mangrove (photo n°2), l’extraction du sable (photo n°3). Bien plus, notre travail de recherche ressort clairement quelques critères patrimoniaux de l’espace côtier et marin de Youpwe et permet d’appréhender les logiques des différents acteurs impliqués dans la gestion de l’espace à mangrove de notre zone d’étude. Aussi, notre travail de recherche a relevé des logiques et des profils d’acteurs suivants : -Une logique traditionnelle et affective repérable chez les « autochtones » Douala pour qui, l’espace côtier est un lieu sacré dans la mesure où il est le cadre qui leur permet d’entrer en contact avec les génies lors du festival Ngondo. Pour les Douala cet espace doit être préservé et non exploité abusivement. – Une logique rationnelle en valeur incarnée par les ONG et les associations de défense de l’environnement comme la FAO et APEMC. Pour ces acteurs la diffusion des convictions qui les animent à savoir la préservation et la conservation de la mangrove, est leur principal cheval de batail. Ces ONG et ces associations sont mues (poussées) par les convictions qu’ils désirent vulgariser malgré l’opposition des autres acteurs présents sur le territoire. – Une logique mercantile froide ou en calcul d’intérêt qui caractérise les populations immigrées notamment les étrangers ouest africains (Nigérians), mais aussi les populations de l’ouest Cameroun et d’autres régions du pays pour qui, la mangrove ou l’espace côtier n’a aucune signification sinon un réservoir de ressources à exploiter par tous les moyens. Cette dernière logique caractérise aussi les municipalités et les pouvoirs publics pour qui l’espace côtier et marin de Youpwe revêt des enjeux fiscaux importants. Cette prise en compte des logiques des acteurs à Youpwe est d’autant plus expressive qu’on y associe la théorie de la formation socio-spatiale (FSS) de Guy DIMEO. En effet, Youpwe apparait comme un espace éclaté i.e. un espace non approprié par les populations qui y habitent. L’autorité traditionnelle est loin d’incarner le rôle de ciment culturel auprès des populations. Le chef du quartier semble souffrir d’une crise de légitimité du fait de l’hétérogénéité de la population à Youpwe. Ce dernier a du mal à imposer son autorité et à coordonner les activités de conservation, de préservation et de gestion de ressources naturelles dans sa localité. Les populations de Youpwe ne s’approprient pas leur cadre de vie. Elles se considèrent pour la plupart comme des étrangers. Elles « ont le chez eux ailleurs ». Même les populations Duala de Youpwe ne s’y enracinent pas solidement. D’où la gestion catastrophique et calamiteuse des ressources et de l’espace côtier de Youpwe. Au regard de ce qui précède notre travail de recherche, loin d’être parfait, présente de nombreux manquements. Nous déplorons par exemple l’utilisation des outils de géolocalisation tels le GPS ainsi que l’utilisation du modèle numérique de terrain (MNT) dans le cadre de la cartographie. Nous regrettons aussi l’omission du diagramme de Venn lors de l’analyse des logiques des acteurs.

Photo n°1: Dynamique hydro- morphologique à Youpwe :

Extraction du sable à Youpwe

Menace sur la survie de la mangrove à Youpwe: Extraction de sable

Photo n° 2: Vente du bois de mangrove à Youpwe (Près de 600 000 m3/an dans l’estuaire du wouri.

Vente de bois de la mangrove (rhizophora racemosa) à Youpwe

Vente de bois de la mangrove (rhizophora racemosa) à Youpwe[/caption

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES:

1- AGBOGBA et al. (1953).-La mangrove à usages multiples de l’estuaire du Saloum (Sénégal), Dakar, EPEEC-Mab, 154 P.

2- AHOUNDJIROU, N. (2004).-Pression urbaine sur les milieux humides: Cas des vallons de Zouvi et Boué à Porto-Novo, Univ. D’Abomey- Calavi (Benin) ,79 p.

3- ANSEM KHESSAIRI, (2004).-Dynamique urbaine, mutations agricoles et évolution des espaces périurbains de la ville de Menzel Bouzelfa, Univ.7 Nov. à Carthage, 102 P.

4- BA, E. (1980).- L’aménagement de la mangrove de basse Casamance, Dakar, Univ, mémoire de maitrise de géographie, 75P.

5- BLASCO, F (1991).- Les mangroves, La Recherche, PP.44-53

6- CHAMPAUD, (1983).-Croissance urbaine et imagerie-satellite, Karthala, 301P.

7- CORMIER, M.C (1994).- Dynamique et usages de la mangrove dans les pays et rivières du sud (du Sénégal à la Sierra Léone), ORSTOM, PARIS, 553p.

8- DIOP, AMINATA, (2006).- Dynamique de l’occupation du sol dans les niayes de la région de Dakar de 1954 à 2003 ; exemple de la grande niaye de pikine et la niaye de Yembeul, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, DEA, 91P.

9- LETOUZEY, R. (1968).- Etude phytogéographique du Cameroun, Paris, Paul Lechevalier, 508P.

10- LOI n°96 /12 du 05 Août 1996 relative à la gestion de l’environnement au Cameroun

11- MAINET, G. (1985).- DOUALA : Croissance et servitude, L’harmattan, Paris, 611 p.

12- MARIE CHRISTINE CORMIER S. (1992).- Gestion et évolution des espaces aquatiques : La Casamance, ORSTOM, Coll., étude et thèse, 583P.

13- NDONGO, D. (1997).- Contribution à l’étude botanique et écologique des mangroves de l’estuaire du Cameroun, thèse de doctorat 3e cycle, DPT, BPV, UNIV. Yaoundé I

14- NYAMA J.M. (2001).- Régime foncier et domanialité publique au Cameroun, UCAC, 484P.

15- OLIVRY, J.C. (1986).-Fleuves et rivières du Cameroun, MESRES, ORSTOM, Paris, 733P.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.