UN DÉPARTEMENT ATYPIQUE DANS UNE RÉGION DYNAMIQUE : LE NKAM ENTRE ÉCHEC D’UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET NÉCESSITE D’UN PLAN D’URGENCE

La simple évocation du toponyme « Nkam » fait frémir pas mal de personnes. Un séjour aussi bref soit- il dans cette unité administrative considérée pourtant comme l’une des plus anciennes du pays donne toute suite du tournis et de l’effroi au nouveau venu. Mais pourquoi ce département suscite – t- il tant d’aversion alors même que sa situation géographique le place au centre du triangle de la région la plus prospère économiquement du pays? Pourquoi ce département, vestige valeureux de la colonisation allemande, situé à quelques encablures de la capitale économique du Cameroun, Douala est-il considéré comme l’un des plus pauvres du pays ? Le retard économique et social du département du Nkam qui contraste de manière ostentatoire avec le progrès économique et social des autres départements du Littoral serait- il voulu et entretenu ? Autrement dit, ce retard serait- il lié aux causes structurelles ou alors aux causes socioculturelles? Quelles qu’en soient les causes de ce retard criard, n’y a – t- il pas lieu de voler au secours de cette partie du territoire nationale qui agonise dans l’indifférence la plus absolue ? Il est question à travers cette réflexion de s’interroger sur les causes profondes et rationnelles du retard socio-économique du Nkam qui tranche paradoxalement avec les départements environnants afin de rompre définitivement avec des légendes grotesques qui alimentent le pessimisme et la confusion dans les esprits de nombreux individus. Il conviendra également de porter un regard inquisiteur sur les politiques d’aménagement du territoire au Cameroun et surtout d’indiquer le rôle que pourrait jouer « l’espace Nkam » dans la dynamique interurbaine du Cameroun dans les prochaines décennies.

"L'espace Nkam" au centre du triangle de la région la plus prospère du Cameroun

“L’espace Nkam” au centre du triangle de la région la plus prospère du Cameroun


2 réflexions sur « UN DÉPARTEMENT ATYPIQUE DANS UNE RÉGION DYNAMIQUE : LE NKAM ENTRE ÉCHEC D’UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET NÉCESSITE D’UN PLAN D’URGENCE »

  1. Dr. NDOCK NDOCK GASTON

    Le Nkam face à la métropolisation doualaise, entre ponction, réfraction au développement et faiblesse de la participation
    Joseph Pascal MBAHA , Gaston NDOCK NDOCK

    Le rôle joué par les grandes villes d’Afrique subsaharienne et d’Occident (Paris, Londres, Berlin, Bruxelles, New-York, Abidjan, Abuja, Johannesburg, Yaoundé, Douala, Cotonou, Dakar ou Lomé…) dans le contexte actuel de la mondialisation et de l’accroissement des échanges, ne peut que se traduire, par des mutations socio-économiques et spatiales sur les campagnes et villes secondaires qui les entourent. La ville de Douala, capitale économique du Cameroun, ville portuaire très attractive et principale porte d’entrée et de sortie du pays, s’affirme à une échelle régionale, nationale et internationale par ses fonctions de commandement de l’économie et des finances, de régulation démographique, de l’innovation et de l’information. A ce titre, comme Yaoundé, capitale politique, Douala exerce une influence sur son hinterland proche et lointain. Au regard des effets induits de la dynamique métropolitaine de Douala sur son arrière-pays, deux hypothèses renvoyant aux notions de métropolisation « active » et de métropolisation « passive », sont possibles car, elles traduisent les effets dissemblant induits par les grandes villes sur leurs périphéries. A partir d’une variété de données issues d’observations en situation, d’entretiens avec les acteurs, d’investigations documentaires et d’enquête de terrain, la présente étude a pour but de montrer qu’au-delà des effets de ponction ou de phagocytose dont est victime le Nkam, au-delà de ce qu’il se pose comme un espace réfractaire au développement, le devenir de ce département situé à l’ombre portée de Douala est surtout le fait de la faible participation des acteurs.

    Répondre
    1. Luc Moutila Beni Auteur de l’article

      Bonjour! Dans toutes les contrées au monde, les populations aspirent au bien être et au progrès économique et social.Même dans les sociétés primitives de l’antiquité les peuples se souciaient du progrès et du développement. La problématique du retard économique et social du NKam est très complexe.Vous évoquez la faible participation des acteurs.Il faudrait bien faire la part des choses. C’est à dire distinguer et identifier les différents acteurs impliqués dans le processus de développement du NKAM. Et là, il faudrait commencer par la superstructure : l’Etat, qui du fait d’une politique d’aménagement du territoire aveugle a oublié le NKam. Savez vous que le NKAM est le seul département au Cameroun qui n’est pas lié à la capitale régionale par une route bitumée? savez vous aussi que certains services déconcentrés notamment les délégations départementales dépendent d’ autres départements? Certaines délégations départementales du NKam sont installées dans le MOUNGO. Il faut qu’on sorte de cette vision colonialiste de l’administration et que l’ETat donne au NKam les moyens de son développement comme il le fait pour les autres départements du Cameroun.
      Quant aux autres acteurs locaux, ils font leur job.Il existe de nombreuses associations , des comités de développement.Voici à titre d’illustration un extrait des ETats généraux consacrés aux problèmes de développement du NKAM:”Les Nkamois qui s’identifient à une même unité de valeurs de terroir, ont exprimé leur prise de conscience du retard du développement de leur département par rapport aux autres entités nationales et au regard des possibilités qu’offrent les progrès des sciences et des technologies.
      Le lancement du mouvement de la Renaissance du Nkam au tout début des années 1970 marque le point de départ de la quête collective du progrès social et économique du département par ses ressortissants.Depuis un certain temps, les Nkamois ont réalisé, au regard des différents ratés et manquements multiformes relatifs à la construction du Département du Nkam, qu’un cadre permanent de concertation leur faisait défaut. Cette situation ne permettait pas une coordination des actions individuelles ou communes, et fragilisait de ce fait davantage leur cohésion(…).C’est fort de ce constat que certaines élites, sous l’impulsion du frère TITTI Pierre, ont conçu l’idée d’organiser avec le concours de toutes les forces vives du Nkam, les Etats Généraux consacrés aux problèmes du développement de ce département. Car à l’analyse, il ressort que notre département est confronté à de multiples problèmes économiques, sociaux, éducatifs, infrastructurels, culturels et démographiques”.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.