planification urbaine au Cameroun: nature, origine et défis

PLANIFICATION URBAINE AU CAMEROUN : NATURE, ORIGINE ET DEFIS

Introduction
I- Définition des concepts
• Planification urbaine
• Aménagement du territoire
II- Evolution historique de la planification urbaine au Cameroun
1) La planification urbaine Pendant la période coloniale
2) La planification urbaine après l’indépendance
a) De 1960 -1990 : une planification urbaine centralisée
b) De 1990- 2004 : Une gestion urbaine dans le contexte de l’ajustement
c) De 2004 –à nos jours : une planification urbaine décentralisée

III- LES ACTEURS DE LA GESTION URBAINE AU CAMEROUN
1) Les acteurs institutionnels
a) Le MINDUH et ses organismes sous tutelle (SIC)
b) Le MINDAF et ses organismes sous tutelle (MAETUR)
c) Les collectivités territoriales décentralisées (communes, communautés urbaines, régions)
2) Les acteurs non institutionnels
a) Les ONG
b) Les partenaires multilatéraux au développement (AFG, BM, PNUD, BAD…)

IV-ENJEUX ET DEFIS DE LA PLANIFICATION URBAINE A L’ERE DE LA DECENTRALISATION AU CAMEROUN
1)Les enjeux de la planification urbaine au Cameroun
a) Enjeux politique et de pouvoir
b) Enjeux de la gestion financière
c) Enjeux techniques
2) Défis de la planification urbaine
a) Enrayer les bidonvilles dans les grandes métropoles
b) Créer des voies de desserte adaptées
c) Créer des villes nouvelles : cas du projet SAWA BEACH

CONCLUSION

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

INTRODUCTION
L’essor du fait urbain dans le monde couplé au phénomène d’urbanisation dès la fin du XVIII è siècle ont donné naissance à une discipline passionnante, mais encore mal connue du grand public : l’urbanisme. L’urbanisme est une discipline de la géographie et de l’architecture dont l’objet est l’aménagement et l’organisation des villes et leurs environs. Malgré l’ancienneté du fait urbain (VIIe millénaire avant J-C), le terme urbanisme apparait seulement dans la langue française au cours des années 1910. L’urbanisme est dès lors l’art d’aménager, de disposer l’espace urbain ou rural (bâtiments d’habitation, de travail, de loisirs, réseaux de circulation et d’échanges) pour obtenir son meilleur fonctionnement et améliorer les rapports sociaux. Dans le champ de l’urbanisme se situe la planification urbaine. Elle occupe une place dont l’importance n’est plus à démontrer. La nécessité pour les Etats et les communes de construire des villes viables et futuristes justifie sans aucun doute la prise en compte de la planification urbaine dans le processus de développement urbain. Quelle est la nature et l’origine de la planification urbaine au Cameroun ? Autrement dit, quelles sont les formes et la source de la politique de gestion urbaine au Cameroun ? Notre démarche au cours de cette analyse consistera dans un premier temps à faire un distinguo entre la planification urbaine et l’aménagement du territoire(I). Malgré le désordre urbain observé dans les villes du tiers monde en général, et du Cameroun particulier, la planification urbaine, considérée comme un héritage de la période coloniale allemande demeure effective dans notre pays et présente des spécificités propres (II). Elle est mise en oeuvre par une multitude d’acteurs en charges des questions des villes (III). En dépit d’un arsenal juridique dense et épars la planification urbaine soulève de nombreux enjeux (IV). Les villes du Cameroun souffrent en effet de nombreux maux dont les administrations publiques en charge de l’urbanisme ont encore du mal à résoudre. Avec l’avènement de la décentralisation et le transfert des compétences aux collectivités locales, l’on est en droit de s’interroger sur les défis urbains (V) auxquels font face les collectivités locales décentralisées (communes, communautés urbaines et régions).

I – DEFINITION DES CONCEPTS
Il est indispensable avant toute chose de définir les notions clés se rapportant à notre thème, car certaines notions employées dans ce travail sont très proches les unes les autres pour être utilisées sans explications préalables.
– Planification urbaine : c’est la méthode de prévision et d’organisation qui permet aux autorités publiques d’orienter et de maitriser le développement urbain par l’élaboration et la mise en œuvre de document d’urbanisme.
Elle s’exprime par les plans d’occupation de sols (POS) et les anciens SDAU, appelés aujourd’hui schémas directeurs (SD).
Les POS sont des documents qui déterminent avec précision l’affectation des sols et les règles de leur utilisation.
Les SD définissent quant à eux les règles générales du développement urbain à l’échelle d’une ou de plusieurs agglomérations.
-L’aménagement du territoire : C’est une expression désignant l’organisation d’un territoire conçu comme le siège géographique des activités humaines.
L’aménagement du territoire consiste à modifier et optimiser la répartition des individus et de leurs activités dans un souci d’équilibre géographique et d’efficacité économique.

II – EVOLUTION HISTORIQUE DE LA PLANIFICATION URBAINE AU CAMEROUN
La planification urbaine au Cameroun remonte à la période coloniale allemande, avec la création des toutes premières villes coloniales à savoir : Douala, Buea, Yaoundé, Edéa, Ebolowa, Lolodorf pour ne citer que celles-là. Après l’indépendance survenue le 1er Janvier 1960, le jeune Etat camerounais a pris conscience de la nécessité de la planification pour construire des villes viables et attrayantes. On est alors passé d’une planification urbaine centralisée à une planification urbaine décentralisée, les deux entrecoupées par une période de gestion urbaine marquée par un contexte d’ajustement.
1) La planification urbaine au Cameroun pendant la période coloniale
La planification urbaine commence au Cameroun avec la création des premières villes sous la domination allemande entre 1884 et 1916. Face aux drames causés par le phénomène de portage, l’administration allemande s’est trouvée obligée d’accélérer la mise en valeur économique du pays par la création des voies de communication.  A Lolodorf, quotidiennement, on voyait passer mille porteurs chargés du caoutchouc des forets de Yokadouma (MVENG, 1985) . Créer les routes et autres voies de communication devenait une nécessité. En 1912 enfin la route Yaoundé- Kribi est achevée ; suivi de celle d’Ebolawa.
Le projet du chemin de fer camerounais était beaucoup plus impressionnant. Il s’agissait en effet de réaliser ce Douala – Tchad que nous attendons encore ! L’équipement du pays se poursuit dans tous les secteurs : les ports de Douala, Victoria, Tiko, Kribi se modernisent. On construit 110 m de quai à Douala en 1912.
De nombreuses villes modernes sont créées pendant la période allemande : Douala, Yaoundé, Ebolowa. Un officier français débarqué à Douala le 26 février 1916 écrivait dans ses notes « la ville de Douala, que je visite le lendemain …est très belle. Beaucoup plus importante que les villes des colonies françaises de la côte. La ville de Douala occupe au fond de l’estuaire du Wouri une étendue de huit Kilomètres et comprend trois quartiers bien distincts, séparés entre eux par des ravins profonds, au sud se trouve le palais du gouverneur général, les bureaux de l’administration centrale, les habitations des hauts fonctionnaires, le port avec ses embarcadères, les magasins et une bonne partie des maisons de commerce.
Au centre, sur un plateau légèrement ondulé, entre la gare de chemin de fer de l’est et le ravin de l’usine des eaux, s’étend le quartier d’AKOUA ;
Plus au nord, on trouve une grosse agglomération, en majeur partie indigène appelée Deido ».
Après cette description de la ville de Douala pendant la période allemande passons à la présentation de la ville de Yaoundé telle que peinte par le même officier allemand.
« Et voici Yaoundé : la physionomie générale de Yaoundé ne ressemble en rien à celle des grosses agglomérations que nous savons déjà rencontrées ; qu’on se figure un vaste plateau… Sur le plateau s’élèvent de nombreuses constructions européennes, et il est sillonné en tous sens par des routes et des avenues bien tracées et bordées d’arbres. Des écoles sont bâties aux carrefours les plus importants, et au centre des quartiers plus populeux. Des fontaines publiques sont judicieusement espacées des affiches indiquent les noms des rues, des avenues, des parcs, des placards sont dressés bien en vue pour faire connaitre les arrêtés de l’autorité allemande. En somme, l’organisation germanique, minutieuse et tracassière, s’étale partout avec ses défauts, mais aussi il faut bien le reconnaitre, avec ses réelles qualités. » GL. Aymérich, cité par Engelbert Mveng, Histoire du Cameroun, tome II, PP.93 – 94
Ces deux descriptions des villes de Douala et de Yaoundé montrent à suffisance que la planification urbaine occupait une place de choix dans la construction des villes coloniales allemandes. Cet effort de planification et d’aménagement du territoire s’est poursuivi pendant le mandat français. A titre d’illustration soulignons ce qu’écrit le révérend père Mveng, op. Cit, P.139-140 au sujet des villes du Cameroun pendant le mandat français. « Les villes du Cameroun, à leur tour ne cessent de croitre et de se moderniser. On signale la construction de 1916 à 1939, de deux cent cinquante bâtiments publics importants dont le palais du commissariat de la république à Yaoundé, la chambre de commerce et le palais de justice de Douala. Les adductions d’eau, les travaux d’assainissement, l’éclairage électrique demandent des travaux de grande envergure. La compagnie coloniale de distribution d’énergie électrique est à Douala depuis 1929…Telles étaient les grandes lignes de l’équipement du territoire camerounais avant la guerre ».
Tout compte fait, il ressort de ce qui précède que la planification et les principes de l’aménagement du territoire ont prévalu lors de la construction des villes coloniales au Cameroun tant pendant la période allemande que pendant le mandat français. Cependant que s’est-il passé après les indépendances ? Quels sont les grands principes de la planification urbaine et de l’aménagement du territoire au Cameroun depuis 1960 ?
2) LA PLANIFICATION URBAINE AU CAMEROUN APRES L’INDEPENDANCE
On distingue schématiquement trois politiques de planification urbaine au Cameroun depuis 1960. La première qui va de 1960 à 1990 est qualifiée de planification centralisée. La deuxième qui va de 1990 à 2004 est considérée comme une gestion urbaine d’ajustement. Enfin la troisième, qui est mise sur pied depuis 2004 avec la promulgation de la loi 2004/ 003/ du 21 Avril 2004 régissant L’urbanisme au Cameroun. Cette dernière est marquée par une planification urbaine décentralisée.
a) La planification urbaine centralisée : de 1960 à 1990
Au lendemain de l’accession à l’indépendance, le jeune Etat du Cameroun pour des raisons multiples, a opté pour une politique de planification urbaine centralisée. Toutes les grandes décisions en matière d’aménagement et d’habitat étaient prises au niveau de l’Etat central. De nombreux documents de planification étaient élaborés par l’Etat central au niveau des différents ministères sans consulter les populations à la base. Les services centraux des ministères des travaux publics et de l’urbanisme ont exercé la responsabilité de l’équipement des villes en utilisant les ressources du budget de l’Etat et en faisant appel à des crédits extérieurs pour financer la réalisation des réseaux principaux de voirie et de drainage, des eaux pluviales ainsi que l’aménagement des zones à la construction des logements « économiques ». Bien plus, l’Etat camerounais a perpétué la politique de l’époque coloniale, fondée sur la gestion administrative du marché foncier et une subvention partielle du marché du logement par l’intermédiaire de sociétés immobilières d’Etat et de banques publiques de crédit immobilier.
Cette politique de planification urbaine centralisée n’a pas tardé de montrer ses limites. La conséquence première d’une telle politique est sans doute la non adhésion, des populations aux projets de développement urbain, l’incivisme, la destruction des infrastructures… Car les citadins considéraient ces différentes infrastructures comme celles de l’Etat et non les leurs.
Cette politique de planification urbaine centralisée soutenue par l’ordonnance présidentielle n°73/20/du 29 mai 1973 règlementant l’urbanisme en République unie du Cameroun a laissé libre cours aux dysfonctionnements urbains multiples parmi lesquels :
-Un développement incontrôlé résultant de l’insuffisance, voire de l’absence de documents de planification urbaine opposables, ou encore des difficultés pour ceux élaborés mais dont une majorité n’a jamais été approuvé.
– Une occupation anarchique de l’espace, en particulier des zones non aedificandi, avec pour corollaire, l’augmentation des risques, des catastrophes naturelles et la recrudescence des maladies hydriques.
– Une dégradation progressive de l’environnement urbain.
– Une coordination insuffisante des interventions des acteurs urbains, générant des dysfonctionnements et des conflits de compétences de toutes sortes entre lesdits acteurs.
Toutes ces raisons et bien d’autres notamment la révision constitutionnelle du 18 janvier 1996 consacrant le Cameroun comme un Etat unitaire décentralisé ont permis d’adopter une nouvelle politique de planification urbaine.

b) la gestion urbaine pendant la période d’ajustement
La crise économique qui frappe de plein fouet l’Etat du Cameroun au milieu des années 1980 l’amène à réduire de manière drastique les investissements et les subventions dans le secteur urbain. Parvenant de moins en moins à satisfaire les besoins croissants en matière de services et d’équipement engendrés par l’urbanisation, le Cameroun comme bon nombre de pays africains a été obligé, à la demande des bailleurs de fonds , d’infléchir sensiblement sa politique de gestion urbaine . En matière d’habitat, la gestion administrative du marché foncier et une subvention partielle du marché du logement par l’intermédiaire des sociétés immobilières d’Etat et des banques de crédit immobilier ont pris fin.
Dans le cadre du programme d’ajustement structurel, le Cameroun s’est engagé, à cesser d’imposer des tarifs subventionnés, à supprimer les déficits et les dettes, à améliorer les performances des sociétés d’Etat concessionnaires des services publiques. Ces mesures ont conduit de plus en plus à dégager les sociétés de la tutelle de l’Etat, et pour ce faire à passer des conventions avec des partenaires privés, nationaux ou étrangers.

c) La planification urbaine décentralisée de 2004 à nos jours
La loi 2004/003/ du 21 Avril 2004 régissant l’urbanisme au Cameroun et ses décrets d’application qui l’accompagnent sont les fondements juridiques de la planification urbaine décentralisée au Cameroun. Cette loi, d’après le ministre du développement urbain et de l’habitat CLOBERT TCHATAT, « vient ainsi combler un vide juridique qui pendant plus de trente ans, a permis aux acteurs urbains et aux citadins d’agir d’une certaine manière ». Selon le ministre cette loi a pour ambition de réintroduire la ville dans la « régularité » et traduit bien par (ses modalités de mise en œuvre), le processus de décentralisation engagé au niveau national.
Bien que cette nouvelle loi constitue une avancée significative en raison du caractère novateur du dispositif réglementaire, sa mise en œuvre sur le terrain se heurte encore à des réelles difficultés à savoir :
– Une profonde méconnaissance des textes par la majorité des acteurs impliqués dans la gestion urbaine
– Un déficit avéré de capacité des services techniques communaux à initier ou conduire l’élaboration des documents de planification urbaine.
– Une trop grande diversité des contenus et des procédures de délivrance des actes d’urbanisme ainsi que l’absence de l’harmonisation au niveau national des formulaire- types de demande d’actes d’urbanisme.

III- LES ACTEURS DE LA GESTION URBAINE AU CAMEROUN
Avec l’avènement de la décentralisation, plusieurs acteurs aux intérêts divergents mais certes complémentaires s’emploient et se déploient dans le domaine de la gestion urbaine au Cameroun. Au rang de ces acteurs on note les acteurs institutionnels et les acteurs non institutionnels.

1) Les acteurs institutionnels
Les acteurs institutionnels se composent de l’administration en charge des questions urbaines et des collectivités décentralisées.
a) Le MINDUH et ses organismes sous – tutelle
Le Ministère du Développement Urbain et de l’Habitat (MINDUH) est l’épine dorsale de la politique urbaine au Cameroun. Au terme du décret n°2005/190/ du o3 juin 2005 portant son organisation, le MINDUH est chargé entre autres de :
– L’élaboration de la mise en œuvre et de l’évaluation de la politique du gouvernement en matière du développement urbain et de l’habitat-
– La planification et du contrôle du développement des villes
– L’élaboration et du suivi de la mise en œuvre des stratégies d’aménagement et de la restructuration des villes
– La définition des normes en matière d’assainissement, drainage et contrôle du respect de ces normes
– L’embellissement des centres urbains
– La mise en œuvre de la politique de l’habitat social
Le principal organisme sous – tutelle du MINDUH est la Société Immobilière du Cameroun (SIC).
La SIC est une société anonyme d’économie mixte crée en 1952. L’objet de la SIC selon la loi n °99/016 du 22 décembre 1999 portant statut général des entreprises du secteur public est de :
– Procéder en priorité à l’étude et à la réalisation de tous les projets et toutes opérations se rapportant à l’habitat social.
– Construire et éventuellement acheter en vue de la vente au comptant, de la vente à crédit sous toutes ses formes ou location tous immeubles à usage principal d’habitat.
– Créer des citer jardins en consacrant son activité à l’habitat social.
– Réaliser toutes opérations mobilières, immobilières, commerciales et financières se rapportant aux objectifs ci- dessus et à des objets similaires et annexes.

b) Le MINDAF et ses organismes sous – tutelle
Le Ministère des Domaines et des Affaires Foncières (MINDAF) intervient lui aussi dans la gestion urbaine au Cameroun. Il a comme entre autres missions :
– D’inventorier et de répertorier le patrimoine foncier et domanial de l’Etat
– De préserver le patrimoine foncier de l’Etat sur l’ensemble du territoire national
– De l’immatriculation des terrains de leurs affectations et de la délivrance des titres fonciers.
Le principal organisme sous – tutelle du MINDAF est la MAETUR : Mission d’Aménagement et d’Equipement des Terrains Urbains et Ruraux. La MAETUR fut créée en 1977. Ses objectifs sont les suivants :
– Réaliser des opérations d’aménagement de terrains
• En zone urbaine pour les besoins d’habitat
• En zone rurale et périurbaine pour les opérations de production agricole.
La MAETUR compte à temps plein 104 personnes.

c) Les collectivités territoriales décentralisées
Les communes, les communautés urbaines et les régions sont des collectivités territoriales au Cameroun. Au terme de la révision constitutionnelle du 18 janvier 1996 et de la loi du 22 juillet 2004 portant décentralisation, ces collectivités se sont vues attribuer des compétences et des responsabilités notamment en matière de gestion urbaine.
Ainsi les communautés urbaines au Cameroun ont pour compétence dans des domaines suivants :
– Urbanisme et aménagement urbain
– Equipement et infrastructures d’intérêt communautaire
– Entretien de la voirie principale et signalisation
-Eclairage public et approvisionnement en eau potable
– circulation et transport
– parking publics et parcs de stationnement
Pendant les vingt années qui ont suivi son indépendance, le Cameroun a pratiqué pour la gestion des villes comme pour les autres taches de développement, une politique systématique de centralisation administrative et financière. Depuis l’introduction des programmes d’ajustement structurel, les acteurs privés et la société civile interviennent de plus en plus dans la gestion urbaine.

2) Les acteurs non institutionnels de la gestion urbaine au Cameroun

a) Le rôle de plus en plus croissant des ONG
La crise des ressources financières des Etats africains et la vague d’ajustement structurel qui en est résulté les a contraints à réduire de manière de manière drastique leurs interventions dans le secteur urbain. Des Etats africains ont été obligés, à la demande des bailleurs de fonds d’infléchir sensiblement leur politique de gestion urbaine . Le nombre des communes disposant d’un budget autonome s’est multiplié, de nouvelles législations confiant à ces communes tout ou partie de la responsabilité technique et financière de la gestion urbaine et définissant les ressources transférées par l’Etat à cet effet ont été peu à peu instituées. Des agences autonomes à statut privé comme L’AGETIP de Dakar sont créées pour réaliser les travaux d’intérêt public par des petites entreprises locales en contournant les règles qui régissent jusqu’alors les marchés publics.
L’émergence de la société civile dans les politiques urbaines est un autre fait marquant de ces dernières années. La vague de démocratisation qui touche principalement la société citadine, se traduit par un nouvel intérêt pour les projets d’aménagement participatif de quartiers, impliquant les ONG. Cette tendance se trouve renforcée par une pris en considération croissante du rôle des populations dans la mise en œuvre des politiques de gestion de l’environnement.

b) Les partenaires multilatéraux du développement urbain au Cameroun : AFD, la BM, le PNUD, la BAD
La communauté des bailleurs de fonds manifeste un intérêt croissant pour le développement urbain ; la banque mondiale (BM) qui est la principale source d’aide en faveur du développement urbain a décidé d’augmenter le volume de ses projets urbains.
L’appui aux politiques de décentralisation et à la gestion des municipalités africaines est devenu une des priorités importantes de la communauté internationale ; et les bailleurs de fonds multilatéraux tels que la banque mondiale, le PNUD, l’UE, ou la BAD, ou bilatéraux et notamment la France y consacrent chaque année une part croissante de leur aide. Les modalités de mise en œuvre de cette aide peuvent différer d’une agence à l’autre, mais toutes ont les mêmes objectifs.
En s’appuyant sur les agences autonomes à statut privé comme AGETIP (agence d’exécution de projet d’intérêt public) au Sénégal pour financer le développement urbain, la banque mondiale voudrait réduire le rôle des administrations publiques dans le secteur urbain. Aussi, en intervenant directement au sein des sociétés urbaines africaines, la BM vise à « apporter des solutions aux problèmes des pauvres dans les villes ».
De nos jours les villes africaines en général et celles du Cameroun en particulier, au regard de leur expansion et surtout de l’avènement de la décentralisation mettent en lumière des enjeux complexes. Des dysfonctionnements engendrés par plusieurs années de gestion urbaine centralisée constituent visiblement des défis importants pour les collectivités territoriales dépourvues d’expérience et désormais chargées de résoudre l’équation urbaine.

IV- ENJEUX ET DEFIS DE LA PLANIFICATION URBAINE AU
CAMEROUN A L’ERE DE LA DECENTRALISATION

Décentraliser la planification urbaine, c’est confier à des assemblées élues par la population la gestion des affaires urbaines locales. La planification urbaine décentralisée suppose des politiques, des enjeux de développement mais aussi des défis à relever.
1) Les enjeux de la planification urbaine
a) Les enjeux politiques et de pouvoir
D’abord la planification urbaine présente des enjeux politiques et de pouvoir. La volonté de décentraliser peut être perçue comme porteuse d’un risque de fragilisation, de fragmentation du pourvoir central. Cette mesure prédispose par ailleurs à un amenuisement du sentiment d’appartenance nationale. En multipliant les centres décisions, la décentralisation pourrait également rendre plus difficile la conduite de politiques sectorielles cohérentes. Si par exemple certaines compétences dans le domaine de l’urbanisme sont transférées aux collectivités, l’Etat ne pourrait plus imposer ses décisions.
b) les enjeux de gestion financière
La décentralisation suppose le transfert des compétences et l’autonomie financière des collectivités territoires. En multipliant les gestionnaires de fonds publics, la décentralisation peut être perçue comme une porte ouverte à la corruption et à la malversation. Ainsi les risques de corruption et de détournement planent sur nos collectivités territoriales à l’heure de la décentralisation.

c) Les enjeux de capacité technique des collectivités territoriales en matière d’urbanisme
De nombreux observateurs estiment que les services techniques communaux souffrent d’un déficit avéré de capacité à initier ou à conduire l’élaboration des documents de planification urbaine, mais également à assurer le traitement , la gestion et la production des actes courants d’urbanisme consacrés par la loi. Pour cela les pouvoirs centraux ont du mal à confier aux collectivités l’entière responsabilité en matière d’urbanisme et d’habitat. L’administration centrale estime qu’un effort considérable doit au préalable être entrepris en vue de renforcer les capacités des communes avant le transfert total des compétences.
2) Les défis de la planification urbaine à l’heure de la décentralisation
Les villes du Cameroun souffrent d’un réel problème de planification. Elle se caractérise et par une anarchie indescriptible. L’urbanisation galopante a entrainé la prolifération des bidonvilles ça et là et plus grave encore dans les zones non à aedificandi. Il importe donc pour nos communes dans le cadre de la décentralisation :
a) D’enrayer les bidonvilles dans nos métropoles
L’éradication des bidonvilles de nos métropoles passe par deux méthodes. La première méthode est incitative. Ici les communes dédommagent les populations habitant ces bidonvilles tout en leur indiquant une zone de recasement. La deuxième méthode est coercitive. Les communes procèdent par la violence en rasant toutes constructions anarchiques dans nos agglomérations.
b) Créer les voies de desserte adaptées
Le deuxième défis et non le moindre qui interpelle nos collectivités est la création des voies de desserte adaptées au contexte actuel de nos cités qui se caractérisent par une démographie galopante. Nos villes manquent cruellement de véritables artères propices à une circulation fluide. Pour résoudre les problèmes d’une circulation congestionnée et améliorer une hygiène souvent inexistante, la solution radicale est le « percement ». Il faut donner la priorité à la création d’axes importants dans nos villes, à la construction des boulevards. C’est ce que Georges Eugène Haussmann fit entre 1853 et 1869 pour transformer la ville de Paris.
c) Construire des villes nouvelles
Face à la dégradation avancée de nos cités, il est indispensable de construire de villes nouvelles dans nos grandes métropoles. La ville de l’âge III requiert en quelque sorte une structure urbaine plus traditionnelle tout en intégrant les acquis du mouvement moderne (lumière, l’espace, les réseaux de circulation). C’est fort opportunément toute la portée du projet « Sawa Beach » initié par la communauté urbaine de Douala (CUD). Le projet Sawa Beach est porteur de développement multisectoriel. Conçu pour être construit sur une superficie de 1000 ha, SAwa Beach devrait permettre aux habitants de la capitale économique de profiter de sa façade maritime. En plus de quelques 8000 logements, le projet devrait générer 3000 emplois, permanents , 550 salles de classes, 345 ha de terrains aménagés dont 100 ha de routes,100 ha d’espaces verts,100 ha de canaux et autres lacs sont également prévus. Bref la CUD prévoit simplement la construction d’une nouvelle ville. Celle-ci ne se fera pas au détriment de la vieille ville. Cette hypothèse de construction d’une nouvelle ville n’est pas un conte de fées, c’est une réalité. Ce type de projets ont été implémentés ailleurs en Afrique et ont porté les fruits ; le cas de OUAGA 2000 au Burkina Faso en est une parfaite illustration.

CONCLUSION
L’objectif de ce travail était de dégager la nature et la source de la planification urbaine au Cameroun. Il ressort de cette analyse que la planification urbaine qui remonte certes à la période coloniale au Cameroun, s’appuie depuis les premières heures de l’indépendance du pays sur un arsenal juridique très vaste mais malheureusement épars. L’hétérogénéité des textes régissant l’urbanisme et les exigences de la démocratisation et plus récemment de la décentralisation ont poussé l’Etat camerounais à élaborer des nouveaux textes régissant l’urbanisme au Cameroun. Il s’agit de la loi La loi 2004/003/ du 21 Avril 2004 régissant l’urbanisme au Cameroun et de ses décrets d’application. Cette loi d’après le ministre du développement urbain et de l’habitat CLOBERT TCHATAT, « vient ainsi combler un vide juridique qui pendant plus de trente ans, a permis aux acteurs urbains et aux citadins d’agir d’une certaine manière ». Selon le ministre, cette loi a pour ambition de réintroduire la ville dans la « régularité » et traduit bien par (ses modalités de mise en œuvre), le processus de décentralisation engagé au niveau national. Ainsi cette évolution légale en matière d’urbanisme, permet de distinguer sans risque de se tromper trois grandes phases de politique de gestion urbaine au Cameroun. Depuis son accession à l’indépendance, le Cameroun a pratiqué une planification urbaine centralisée, ensuite il a connu une période de gestion urbaine marquée par l’ajustement. Depuis 2004, le pays est entré dans une phase de planification urbaine décentralisée. Avec cette nouvelle politique (planification urbaine décentralisée), nous osons croire que nos villes refléteront désormais des visages humains ; Et que les comportements inciviques longtemps observés dans nos villes, et les insuffisances des politiques précédentes ne seront que de vieux souvenirs.

Références bibliographiques
1- BARA Gueye ( 2005). – Décentralisation et participation citoyenne, Dossier n°135, 38 P
2- BRUNET Françoise et al. (1997).- La décentralisation en Afrique subsaharienne, Secrétariat d’Etat à la coopération, 72 P.
3- CHABOT G., BEAUJEU- Garnier J. (1963).-traité de géographie urbaine, Colin, 3e éd
4- GOUROU P. (1973).-pour une géographie urbaine, Flammarion
5- MVENG E. (1985).- Histoire du Cameroun Tome II, CEPER, 315 P.
6- Ogunsola John I. (2008).- Les villes précoloniales d’Afrique noire, Karthala
7- VENARD jean – L. (1993). -Bailleurs de fonds et développement local, in Jaglin et A. Dubresson  (dir), pouvoirs et cités d’Afrique noire, Décentralisations en questions, paris, Karthala, PP. 19- 34
8- VENNETIER P. (1976).- les villes d’Afrique tropicale, Paris, Masson, Coll. Géographie, 192 P.

– Site web:
www.Minduh. gov.cm
www.Mindaf.gov.cm
www.Minepat.gov.cm

Luc MOUTILA BENI, Doctorant, Géographe spécialisé dans la gestion et l’engineering environnementale, formé par le SIFEE / IEPF / Université Senghor d’Alexandrie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.