Compagnie camerounaise d’aluminium (Alucam) à Edéa – Cameroun

RESUME:
La société camerounaise d’aluminium (Alucam) située à Edéa sur les berges du fleuve Sanaga, génère d’importantes quantités de déchets industriels qui mettent grandement en péril l’équilibre de la biosphère et la santé des populations. Consciente de ces enjeux écologiques et socio sanitaires, la direction de cette aluminerie s’est lancée depuis plus d’une décennie dans un processus de normalisation qui s’est soldé par l’obtention de deux certifications : l’une en gestion de l’environnement (ISO 14001) et l’autre en santé et sécurité au travail (OHSAS 18001). Cependant l’obtention de ces différentes certifications ne s’accompagne toujours pas de performances environnementales et sanitaires significatives au point où l’on récuse la mise en œuvre et le suivi du Système de Management Environnemental (SME), et du Système de Management de Santé et de Sécurité au Travail (SMSST) à Alucam. Le présent article, en faisant la part belle au métabolisme industriel à Alucam, analyse les risques et dommages liés au flux des matières premières en entreprise. Il s’efforce à montrer la pertinence et la nécessité des instruments de l’écologie industrielle dans l’atteinte des objectifs du développement durable en entreprise en Afrique subsaharienne.

Plan:
I- Mise en contexte
II- Qu’est-ce que le métabolisme industriel?
III- Les matières premières comme substrat du métabolisme industriel
IV- Risques et dommages liés au flux des matières premières en milieu industriel
V- Normes et perspectives d’évaluation des risques liés au métabolisme industriel en Afrique
VI- Le système de management environnemental (SME) dans les pays du sud: nécessité et enjeux
VII- Conclusion
Références bibliographiques

I- Mise en contexte

Le flux permanent des matières et d’énergie est, sans contexte, l’indicateur du fonctionnement optimal et pérenne d’une industrie. C’est d’ailleurs, pour se prémunir contre des risques d’approvisionnement et des aléas liés au transport, que de nombreuses industries s’installaient près des sources d’énergie et des ports au début de l’ère industrielle. Si ce modèle de localisation industrielle est aujourd’hui révolu, il n’en demeure pas moins que les matières premières constituent toujours une préoccupation majeure dans les sphères industrielles. En effet, face à des logiques consuméristes des matières premières et de l’énergie, face aux risques d’approvisionnement et de pollution enregistrés dans le paysage industriel, des recettes de l’écologie industrielle à l’instar du « métabolisme industriel » commencent à se répandre et à être perçues dans certains cercles académiques et milieux d’affaires,comme un levier déterminant de la durabilité en milieu industriel (Erkman, 2004) .

II- Qu’est-ce que le métabolisme industriel?

L’étude du métabolisme industriel constitue un préalable indispensable à l’écologie industrielle (Erkman, 2004). Mais à quoi renvoie concrètement le concept de « métabolisme industriel »? La notion de « métabolisme » s’applique généralement à une plante ou à un animal. Ce concept de la biologie est entré dans le registre de l’activité manufacturière depuis la reconnaissance et l’institutionnalisation de l’écologie industrielle à la suite du colloque de Washington en Mai 1991 . Ainsi par analogie, le « métabolisme industriel » désigne l’ensemble des transformations physico-chimiques qui permettent de passer des matières premières (biomasse, minéraux, métaux, pétrole), aux biens manufacturés et aux déchets (Lynd et Wang, 2004). Les économistes parlent du processus de production industriel. Pour Suren Erkman (2004) le métabolisme industriel est l’étude de l’ensemble des composants biophysiques du système industriel. Cette démarche essentiellement analytique et descriptive, vise à comprendre la dynamique des flux et des stocks de matière et d’énergie liés aux activités humaines, depuis l’extraction et la production des ressources jusqu’à leur retour inévitable, tôt ou tard, dans les processus biogéochimiques. Selon l’épistémologue Gérald Hess (2009), le « métabolisme industriel » désigne la mesure des flux de matières et d’énergie résultant des activités industrielles. De fait, les matières premières constituent la clé de voûte ou le substrat du métabolisme industriel.

III- Les matières premières comme substrat du métabolisme industriel

Les alumineries à l’instar de la compagnie camerounaise d’aluminium (Alucam) à Edéa sont largement tributaires des approvisionnements des matières premières indispensables à la réalisation de la production. Toutefois, la transformation des matières premières dans les alumineries constitue aussi bien une préoccupation économique qu’un défi environnemental majeur. En effet, le métabolisme résultant de la transformation des matières premières pose de réels problèmes (écologique et sanitaire) dans les alumineries et dans leurs environs.
Maillon déterminant du métabolisme industriel, les matières premières préoccupent tant les traders que les services en charge des flux en entreprise (service logistique). Au regard de leur importance à nulle autre pareille, les matières premières aiguisent grandement les appétits à l’échelle internationale. Elles suscitent en revanche des controverses dans la mesure où leurs exploitations occultent et entretiennent des conflits armés et des tensions communautaires dans plusieurs localités à travers la planète. Ainsi, les matières premières revêtent des enjeux à la fois géopolitique, géostratégique et géoéconomique (Saadi, 2006).
Longtemps transformées de manière linéaire, les matières premières sont de plus en plus soumises à un mode d’utilisation cyclique dans de nombreuses entités industrielles. Aussi les méthodes de l’écotechnologie sont utilisées comme des dispositifs de dépollution. En effet, face à la montée des préoccupations environnementales, les perceptions liées à l’usage des matières premières et au devenir des déchets en milieu industriel évoluent peu à peu. Depuis environ deux décennies, l’écologie industrielle préconise la rationalisation de la production. Celle-ci suppose l’optimisation des consommations énergétiques et matérielles, la minimisation des déchets à la source et la réutilisation des rejets pour servir de matières à d’autres processus de production (Diemer et Labrune, 2007). Si dans de nombreuses entités industrielles en occident, la mise en œuvre des démarches et technologies innovantes permettent d’établir la durabilité des systèmes industriels (transformation des matières premières, production des biens manufacturés et élimination des déchets de manière soutenable), force est de reconnaitre que le flux des matières premières en milieu industriel dans de nombreux pays du sud, constitue encore un facteur de nuisance qu’il faille analyser et prévenir afin de limiter les risques écologiques et sanitaires irréversibles au sein des entreprises et des communautés environnantes.

IV- Risques et dommages liés au flux des matières premières en milieu industriel

Les risques liés aux flux de matières et d’énergie sont multiformes . Sur le plan économique et commercial, ils se traduisent par une volatilité des prix sur le marché international. Les chocs pétroliers de la décennie 1970, couplés à la flambée des prix des matières premières des années 1990 (Saadi, 2005) ont grandement perturbé l’approvisionnement en produits de base à l’échelle mondiale causant d’énormes préjudices aux pays fortement industrialisés. Dans la même perspective, Philippe Chalmin (2016), souligne que la décennie 2000 a été marquée par la hausse soutenue et continue du prix des matières premières, à tel point que les analystes financiers ont qualifié cette période de super-cycle des matières premières. Sur le plan écologique, la transformation des matières premières engendre des déchets multiformes, la contamination ou la pollution de l’air, des sols, des eaux avec pour corollaires les risques sanitaires importants.
Néanmoins, la demande en matières premières est d’autant plus prégnante que les projets d’exploitation de ces ressources se multiplient à l’échelle de la planète toute entière. Qu’il s’agisse des hydrocarbures, du bois, du diamant, de l’or, de l’uranium, de la bauxite, du coltan (colombite-tantalite) etc…, jamais l’exploitation de ces ressources n’avait atteint des proportions aussi démesurées qu’au cours de ces deux dernières décennies. D’où cette inquiétude de José Luis Guitterez du Réseau Foi et Justice Afrique-Europe (AEFJN) : « la croissance de la consommation des matières premières interfère directement avec l’exploitation des ressources naturelles en Afrique ainsi qu’avec le contrôle de ses mines ».
Aussi diverses soient-elles, les matières premières constituent l’élément fondamental des activités économiques : de l’agriculture à l’industrie, en passant par l’énergie et le transport. Elles resteront probablement le maillon essentiel du développement industriel. Cette importance géoéconomique accordée aux matières premières depuis la fin de la deuxième guerre mondiale (Marchand, 1996) se traduit par l’exploitation effrénée de ces ressources même dans les zones les plus hostiles du monde. Si l’exploitation des matières premières s’opère dans la plupart des cas à l’issue d’âpres et intenses négociations entre Etats, il n’en demeure pas moins vrai que certains acteurs ou multinationales pratiquent cette activité au mépris de l’éthique et des règles du commerce international. En effet, l’exploitation des matières premières fait souvent suite aux occupations déguisées pire encore au contrôle stratégique des pays potentiellement riches en ressources naturelles. C’est à juste titre que Philippe Chalmin (2016) affirment que « les matières premières sont des miroirs de toutes les tensions géopolitiques et économiques de la planète ».
Au-delà de ce constat, l’exploitation des ressources naturelles, ainsi que la transformation des matières premières en milieu industriel s’accompagnent de dommages écologiques parfois irréversibles et de risques sanitaires dramatiques pour les humains dans bon nombre de pays au monde. Aussi la consommation des matières premières énergétiques, minérales, et métalliques en milieu industriel se caractérise par un gaspillage sans précédent alors même que les réserves connues s’amenuisent de manière drastique à l’échelle planétaire. De même, cette consommation génère inlassablement des cocktails multiformes de déchets. Dans cette logique, Ayres (1992) souligne que les métaux lourds toxiques (arsenic, cadmium, chrome, cuivre, plomb, mercure, argent, uranium, plutonium, zinc) sont mobilisés et dispersés dans l’environnement par des activités industrielles à un rythme beaucoup plus élevé que des processus naturels.
Ces déchets générés par les industries sont parfois déversés dans la nature sans traitement préalable aucun engendrant ainsi des pollutions dangereuses qui affectent dramatiquement l’environnement, les nappes aquifères et la santé des populations. Pourtant comme l’ont relevé les ministres en charge de l’environnement et des questions de santé des pays africains réunis à Libreville au Gabon en 2008 lors d’une conférence, plus de 23% des décès en Afrique soit 2,4 millions de décès par an, sont imputables à des facteurs de risques évitables liés à la détérioration de l’environnement avec des effets particuliers sur les couches les plus pauvres et les plus vulnérables. Ces ministres se sont engagés en conséquence à instituer la pratique de l’évaluation systématique des risques sanitaires et environnementaux notamment par l’établissement de procédures d’évaluation des effets sur la santé et de production des perspectives environnementales et nationales (Bitondo, 2011).

Rejets de fumées toxiques dans l’atmosphère à Alucam

Station de proximité de contrôle de la qualité d’air à Alucam (Edéa): Cette station implantée par Rio Tinto Alcan mesure au quotidien des polluants rejetés dans l’atmosphère notamment des gaz fluorés et autres gaz à effet de serre comme le SO2, HAP, CO2,

 

Tab n°1: Emissions atmosphériques d’Alucam

 

V- Normes et perspectives d’évaluation des risques liés au métabolisme industriel en Afrique

La pratique de l’évaluation des impacts des activités industrielles sur l’environnement et la santé demeure toujours embryonnaire et secondaire en Afrique subsaharienne du fait du mépris des enjeux environnementaux et sanitaires en milieu industriel. Or les activités industrielles sont grandement responsables de la dégradation de l’environnement et de la détérioration de la santé des populations en Afrique. Cette situation alarmante est liée à la faiblesse des cadres légaux et règlementaires régissant les activités industrielles sur le continent.
Toutefois, les récentes évolutions des normes internationales et des règlementations nationales en matière de santé-environnement, au rang desquelles la large palette des normes ISO 14001 (International Standard Organisation) ou encore le référentiel OHSAS 18001(Occupational Health and Safety Assesment Series) , pour ne citer que celles-là, laissent entrevoir des exigences et des lignes directrices dont les organismes sont tenus à mettre en œuvre non seulement dans leur approche de management global mais plus concrètement dans leurs relations quotidiennes avec les partenaires ou les parties prenantes.
De fait, face aux pressions multiples, de nombreux organismes et entreprises adhèrent progressivement aux nouvelles exigences définies par les normes, les lois et règlements. Ils prennent en compte les dispositions des normes internationales et tâchent d’implémenter divers outils d’évaluation environnementale comme l’Evaluation Environnementale Stratégique (EES), l’Audit Environnemental (AE), l’Etude d’Impact Environnemental (EIE), le Système de Management Environnemental (SME), l’Analyse du Cycle de Vie (AVC), l’Analyse des Modes de Défaillance et les Effets et de leur Criticité (AMDEC) etc. … afin de préserver les ressources naturelles et de réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement et la santé des populations.

VI- Le système de management environnemental en entreprise dans les pays du sud: nécessité et enjeux

Station de contrôle de la qualité d’air à Alucam

Après des décennies de balbutiement marquées par le succès en demi-teinte des stratégies écologiques ou stratégies vertes (Gallez et Moroncini, 2003),conçues et implémentées par les entreprises elles-mêmes,le système de gestion environnementale en entreprise (SGE) s’affirme incontestablement aujourd’hui comme un important outil au service du développement durable en milieu industriel. Cependant, cet outil innovant de management aussi complexe soit-il, reste et demeure un luxe pour de nombreuses entreprises en Afrique. Si la pertinence de cet outil est avérée, sa compréhension et son acceptabilité par une bonne frange de la population sont sujettes à caution notamment en Afrique subsaharienne, où l’on enregistre paradoxalement un nombre assez important de projets. Dans un tel contexte la participation reste et demeure un vœu pieux. Un tel scénario pourrait constituer une entorse au développement durable si tant est que la participation ou la gouvernance fait partie intégrante des six piliers de la durabilité (Joumard, 2011). Aussi, cela est d’autant plus préoccupant que les agences de coopération pour le développement attachent du prix au respect des considérations environnementales s’agissant des projets de développement en Afrique subsaharienne. D’où la nécessité de s’approprier tout en réexaminant subtilement les différents outils de gestion environnementale existants, afin de les adapter aux réalités biophysiques, socio-économiques et culturelles du continent africain.
La spécificité du présent travail de recherche est de faire remarquer que bien qu’ayant une légitimité internationale incontestable les audits menés dans le cadre du processus des certifications (ISO 14001 et OHSAS 18001), souffrent d’un déficit méthodologique et ne traduisent pas toujours objectivement les performances environnementales, sanitaires et sécuritaires en milieu industriel. Ces audits présentent en permanence des limites et les insuffisances et par conséquent sont loin de garantir la durabilité en milieu industriel. En réalité, les audits environnementaux ou encore les audits de santé et de sécurité au travail sont faits de manière légère laissant moins de place aux indicateurs pertinents et cohérents. La jeunesse de cette sphère de la connaissance n’explique pas totalement les aspects approximatifs, incomplets et confus souvent rencontrés dans les méthodes employées. La faible importance attribuée à l’audit par certains acteurs ainsi que la place réduite occupée par celle-ci dans le processus de décision expliquent aussi les insuffisances des méthodes utilisées (Leduc et Raymond, 2000). Conséquemment, les méthodes utilisées lors des audits de SME par exemple ne s’appuient pas toujours sur un cadre méthodologique rigoureux et complet, ni sur des méthodes scientifiques toujours bien établies. Il est donc souhaitable d’intégrer les indicateurs fiables et les démarches d’évaluation des risques écologiques et sanitaires connues dans le processus d’audits des SME et du Système de Management de Santé et de Sécurité au Travail (SMSST). Notre réflexion a pour originalité de proposer à côté de tous ces instruments connus, une approche méthodologique singulière d’évaluation des performances en matière de santé-environnement en milieu industriel. Au terme de notre travail de recherche, il sera question de proposer un Indicateur de la Durabilité du Système Industriel dénommé (IDSI). Comme son nom l’indique, cet outil a pour vocation d’évaluer la durabilité de tout système industriel et de le positionner par rapport à un autre grâce à la pratique du benchmarking. Telle est l’innovation fondamentale de notre travail de recherche. Cela dit, notre travail de recherche intitulé «métabolisme industriel et évaluation de la durabilité à Alucam : normalisation et outils de gestion des risques écologiques et sanitaires en entreprise en milieu tropical» s’inscrit dans la mouvance de l’écologie industrielle et plus précisément dans le cadre de la gestion de la santé-environnement en milieu industriel. La thématique développée dans le cadre de notre recherche procède d’un contexte global marqué par une crise et d’un gaspillage de matières premières à l’échelle mondiale d’une part et d’un dynamisme sans précédent observé dans le processus d’élaboration des normes internationales régissant les secteurs industriels et commerciaux d’autre part. A ce contexte global, on associe la prise de conscience par les travailleurs et les populations des défis sécuritaires et des enjeux de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). En réalité, depuis plus d’une décennie, l’arsenal juridique et normatif international en matière de protection de l’environnement ne cesse de s’enrichir. Depuis 1996, date de la mise en place des premières exigences ISO 1400l, l’on assiste à une effervescence voire à un bouillonnement qui se traduit par la publication et la révision des règles et des normes internationalement admises et reconnues. Il en est de même au niveau régional et même national. Des systèmes normatifs cohérents sont mis sur pied et implémentés de par le monde. La norme ISO 14001, le règlement EMAS (Environmental Management and Audit System) et le référentiel OHSAS 18001 en sont des parfaites illustrations.
Au niveau des Etats, des agences de normes et de qualité sont créées : AFNOR en France et ANOR au Cameroun pour ne citer que celles-là. Des législations et règlementations structurées en matière d’environnement, de sécurité au travail sont adoptées et promulguées. Des ateliers et des séminaires de formations sont organisés par des consultants et des experts du système des Nations-Unies et des membres de la société civile. Des entreprises ne sont pas en marge de cette nouvelle démarche. Elles multiplient les moyens et des stratégies pour s’arrimer aux nouvelles approches relatives à la préservation et à la protection de la santé et de l’environnement en milieu industriel. D’où l’élaboration des politiques environnementales et la mise en œuvre des SME dans de nombreuses multinationales ainsi que la généralisation de la pratique de l’audit environnemental.
Face à ce dynamisme, l’Afrique n’est pas restée indifférente. « Certains pays africains ont démontré leur volonté de mettre en place un cadre politique valable pour l’environnement » . De nombreux efforts et sacrifices ont été consentis pour former, sensibiliser, aussi bien les industriels que les populations. Le processus de certification est en marche, certes de manière timide en Afrique. De nombreuses entreprises ont compris la pertinence de cette démarche et y ont adhéré favorablement. D’aucunes à la fois offensives et proactives ont adopté au sein d’une seule et même structure des normes et exigences différentes parfois complémentaires. Tel est le cas de la Compagnie Camerounaise d’Aluminium (Alucam) installée à Edéa au Cameroun sur laquelle porte le présent travail de recherche.
Par ailleurs, la demande croissante des matières premières dans les pays émergents au cours de cette dernière décennie a entrainé une flambée des prix de ces produits sur le marché international. Aujourd’hui, la perception traditionnelle du nord, comme acheteurs des matières premières et du sud comme producteurs est de moins en moins conforme à la réalité en raison de la croissance rapide du commerce sud-sud des matières premières. En 1993 en ce qui concerne les produits miniers, la Corée du Sud était 6e importateur mondial d’étain et de manganèse. Hong Kong 7e importateur d’étain, et 9e importateur de Nikel (Saadi, 2005).
Pour pallier à cette crise, certaines d’entreprises ont multiplié les pôles d’approvisionnement. D’aucunes, notamment en occident, ont repensé leur modèle de consommation des matières premières, passant ainsi d’un modèle de transformation linéaire, à un modèle de transformation cyclique avec un accent particulier sur la réutilisation des déchets. Malgré toutes ces alternatives « la faim » des matières premières se pose toujours avec acuité dans le monde, alors même qu’à l’autre bout de la chaine les déchets s’amoncèlent avec pour corollaire les risques de pollution. D’où la nécessité d’implémenter des systèmes à même de gérer de manière efficace et efficiente les matières premières et les déchets industriels au sein des entreprises.
Le SME, entendu comme système de management environnemental, semble bien répondre à cette difficulté réelle dans les entreprises dans la mesure où l’objectif d’un SME consiste à « afficher de manière transparente une volonté de respecter la réglementation, réduire les nuisances et de limiter les consommations des ressources naturelles et l’énergie dans une perspective d’amélioration permanente » . Toutefois, la mise en œuvre du SME et l’obtention des certifications n’induisent pas forcement la durabilité industrielle encore moins la maîtrise parfaite et totale des risques écologiques et sanitaires en milieu industriel. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’entreprise cherche tout d’abord la certification avant la durabilité. D’où cette remarque très pertinente de Roger Frost « si vous voulez uniquement un certificat sur un mur, il y a beaucoup de chance que la paperasserie engendrée n’ait pas grand-chose à voir avec la façon dont votre entreprise fonctionne réellement ».
En réalité, la maîtrise des enjeux sécuritaire, sanitaire et environnemental dans les entreprises n’est pas une tâche aisée mieux encore une sinécure. Elle constitue un défi permanent et suppose l’implication de toutes les parties prenantes intervenant dans l’entreprise y compris les communautés environnantes. Car les impacts sanitaires des émissions des polluants et bien d’autres risques en milieux industriels compromettent la santé et le bien-être des employés et même des populations riveraines. C’est là d’ailleurs tout l’intérêt de l’approche écosystémique de la santé humaine (AES). Celle-ci n’est ni plus, ni moins que la place de l’humain dans son environnement. Selon Jean Lebel (2003) « l’approche écosanté reconnait qu’il y a des liens inextricables entre les humains et leurs environnements biophysique, social, et économique et que ces liens se répercutent sur la santé des individus ». Ainsi, malgré quelques progrès enregistrés, les facteurs environnementaux affectent encore dramatiquement la santé de nombreuses populations. La dégradation de la qualité de l’air et son impact sur la santé et l’environnement sont devenus une préoccupation primordiale au vu de leurs aggravations. Ce sont les grandes agglomérations qui sont le plus touchées par la pollution automobile et les rejets dans l’atmosphère des unités industrielles et énergétiques. Parmi les polluants atmosphériques émanant de ces sources de pollution, il est possible de distinguer les particules en suspension, les oxydes d’azote (Nox) comprenant le NO et le NO2, le dioxyde de soufre (SO2), le monoxyde de carbone (CO), les nitrates et sulfates aérosols et les métaux lourds. Ils ont des impacts sur tous les milieux et même sur les produits de consommation courante (Kchih et Semia, 2015). L’OMS indique à cet effet que trois millions d’enfants meurent chaque année de causes liées à l’environnement et plus d’un million d’adultes succombent à des maladies ou à des blessures résultant de leurs conditions de travail. Quant à l’ONU, elle indique que sept cent millions de personnes meurent de pollution chaque année.
Ce tableau peu reluisant pose en réalité le problème de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) c’est-à-dire le respect de la règlementation, du développement durable, de la santé, de la sécurité ainsi que des maladies et des blessures résultant des conditions de travail en milieu industriel. Cette problématique est d’autant plus préoccupante que les intérêts économiques ont tendance à primer sur les aspects hygiénique, sanitaire et sécuritaire dans les unités industrielles en Afrique subsaharienne.

Effluents industriels: source d’ externalités pour les populations riveraines

Enjeux socio-sanitaires du développement urbain et industriel: Externalités subis par les populations vivant en aval du fleuve Sanaga, non loin du site d’Alucam à Edéa

VII- Conclusion

Au regard de ce qui précède, le thème de notre travail de recherche pose concrètement le problème de flux de matières et d’énergie, du devenir des déchets industriels et de l’évaluation des risques environnementaux, sanitaires et sécuritaires en milieu industriel. Notre étude en s’appuyant sur Alucam vise à comprendre la problématique de la prise en compte de la durabilité du système industriel en milieu tropical et surtout de la gestion des flux d’énergie et d’autres matières premières utilisées ou transformées en milieu industriel. Il serait donc judicieux d’analyser de manière plus approfondie dans le cadre d’une éventuelle étude, le flux de quelques matières premières stratégiques à Alucam, de caractériser le devenir des déchets industriels et les risques sur l’environnement et les populations. L’intérêt de la présente étude quant à elle, est à la fois heuristique et socio-économique dans la mesure où en tirant la sonnette d’alarme, elle a pris soin de s’interroger sur le flux des matières premières, le devenir des déchets à Alucam et dans les périmètres immédiats de cette aluminerie. Concrètement notre étude plaide en faveur de la mise sur place d’un modèle industriel intégré autour du site industriel d’Alucam; c’est-à-dire des symbioses industrielles au sens de (Frosch et Gallapolous, 1995) qui préconisent la rationalisation de la production et la réutilisation des déchets par d’autres entreprises. La présente étude interroge par ailleurs les divers outils employés en évaluation environnementale. Elle passe non seulement en revue les différents outils élaborés par des cabinets et autres experts, mais aussi elle relève les limites de ces outils et propose ceux qui cadrent de manière harmonieuse au contexte des pays d’Afrique subsaharienne. Aussi la règlementation environnementale a fait l’objet de toutes les attentions tout au long de notre analyse. Nous avons tâcher de comprendre comment cette règlementation prend en compte les spécificités biophysiques, humaines, et socio-anthropologiques des terroirs de l’Afrique intertropicale. Nous avons aussi vu dans le cadre de la présente étude comment les instruments de gestion de l’environnement en milieu industriel pourraient se révéler opérants et correspondre à la fois aux attentes des industriels locaux, des décideurs, des communautés, des municipalités, des sous-traitants, bref de toutes les parties prenantes préoccupées par les questions de santé, de sécurité et d’environnement en entreprise. Cette étude qui s’inscrit dans le sillage de l’écologie industrielle a eu pour mérite de proposer une approche méthodologique appropriée dédiée à l’évaluation des risques écologiques et sanitaires en milieu industriel en Afrique subsaharienne. Elle se veut donc être une contribution méthodologique à l’évaluation de la durabilité industrielle en milieu tropical.

Références bibliographiques

1) Ayres R.U. (1989).- Le métabolisme industriel et les changements de l’environnement planétaire, Revue internationale des sciences sociales n° 121, PP. 401- 412
2) Ayres R.U. (1992). Métaux lourds toxiques : optimisation du cycle des matériaux, in Actes de l’Académie américaine des sciences vol. 89 n° 3, PP. 815- 820
3) Ayres R.U. (1997). Recyclage des métaux : implications économiques et environnementales, in Ressources, Conservation et Recyclage, vol 21 n° 3, PP. 145- 173
4) Babissakana (2008).- Etude d’impact économique et social de la filière aluminium au Cameroun,Prescriptor, MINIMIDT- Cameroun, 150 P.
5) Baracchini P. (2003).- Guide à la mise en place du management environnemental en entreprise selon ISO 14001, 3éd Presses Polytechniques et universitaires romandes (PPUR), 184 P.
6) Bitondo D. (2011).- Enjeux économiques, environnementaux et socio-sanitaires du développement urbain et industriel, Actes du colloque du Sifee, Douala
7) Bocard C. (2006).- Marées noires et sols pollués par les hydrocarbures : enjeux environnementaux et traitement des pollutions, éd. Technip, Paris, 295P.
8) Bontems P., Rotillion G. (2013).- L’économie de l’environnement, Paris, La découverte, collection Repères, 125 P.
9) Boubaker L. (2012).- Contribution à l’intégration d’une politique environnementale dans les activités des entreprises algériennes en vue d’une amélioration de leurs performances environnementales, thèse de Doctorat en Hygiène et Sécurité Industrielle, Université Hadj-Lakhda de Batna, 158 P.
10) BS OHSAS 18001: 2007.- Série sur l’évaluation de la santé et de la sécurité au travail: système de management de la santé et de la sécurité au travail – Exigences, British Standard, 31 P.
11) Csurgai G. (2006).- Les enjeux géopolitiques des ressources naturelles, Centre International d’études géopolitique, l’Age d’Homme, 140 P.
12) Chalmin P. (2016).- Des ressources et des hommes : matières premières 1986 – 2016, trois décennies de mondialisation et au- delà, éd.Bourin, 330 P.
13) COSO II. (2012).- Le management des risques de l’entreprise, éd. d’Organisation, 387 P.
14) Daly H.E. (1990).- Toward some operational principles of sustainable Development,Ecological Economics , n° 2, P. 1- 6
15) Deleage  J.P. (2002). L’écologie scientifique: de la nature à l’industrie, Ecologie et politique, n° 25, PP. 57 – 66
16) Demier A., Labrune S. (2007).- l’écologie industrielle : Quand l’écosystème devient un levier de développement durable,in Revue Développement durable et territoires fragiles, 34 p.
17) Dubois J.-L, Mathieu F.-R. (2002).-La dimension socialedu développement durable : réduction de la pauvreté ou durabilité sociale ? in Martin J.-Y. (éd.), Développement durable ? Doctrines, pratiques,évaluations, Paris, IRD, P.73- 94.
18) De Mareschall G. (2003).- La Cartographie des risques, éd. Afnor, Paris, 45 P.
19) Desroches A., Leroy, A., Vallée F. (2003).- La gestion des risques, principes et pratique, Lavoisier, Paris, 286 P.
20) Ehrenfeld J.R. (2004). -Can industrial ecology be the “science of sustainability” ?,Journal of industrial ecology,8, 1-2, 1-3
21) Ehrenfeld J.R. (2007).- Would industrial ecology exist without sustainability in the background ?, Journal of industrial ecology,11, 1, PP. 73- 74
22) Erkman S. (2001).- “L’écologie industrielle, une stratégie de développement”, Le débat, n° 113, PP. 106-121
23) Erkman S. (2004).-Vers une écologie industrielle : comment mettre en pratique le développement durable dans une société hyper-industrielle, Paris, Charles Léopold Mayer, 252 P.
24) Frosch R., Gallopoulos N.E. (1989).- « Des stratégies industrielles viables », in Pour la Science, n° 145, PP 106-115
25) Gallez C., Moroncini A. (2003).- Le manager et l’environnement : outils d’aides à la décision stratégique et opérationnelle, presses polytechniques et universitaires romandes, 248 P.
26) Garga Haman Adji A. (2009).- Le mal africain : diagnostic et thérapie, L’Harmattan, 332 P.
27) Grenard A. (1996).- Normalisation, certification : quelques éléments de définition, Revue d’économie industrielle n°75, PP. 45-60
28) Grundstein M. (1995).- La capitalisation des connaissances de l’entreprise, système de production des connaissances, Actes du colloque« l’Entreprise Apprenante et les sciences de la complexité », Université de Provence, Aix –en- Provence
29) Hamou N. (2014).- Marketing et développement durable, incitation intelligente au changement durable : Analyse transversale de l’entreprise industrielle algérienne, thèse de Doctorat en sciences commerciales, Université d’Oran, 250 P.
30) Hess G. (2009).- L’écosystème industriel : difficulté épistémologique d’une telle analogie, Natures Sciences Sociétés, 17, PP. 40-48,
31) ISO. (2004).- Norme ISO 14001 : 2004. Systèmes de management environnemental : exigences et lignes directrices pour son utilisation, 34 P.
32) Joumard R. (2011).- Durable ? Recherches, coll. Inrets, 292 P.
33) Kchich H., Semia C. (2015).- Distribution spatiale des O3 , NOXet SO2 et évaluation des interactions troposphériques sur la ville de Tunis, in Pollution atmosphérique, climat, santé et société n° 225 Avril- Juin
34) Lebel J. (2009).- Santé, une approche écosystémique, CERDI, Canada, 85 P.
35) Leduc G-A, Raymond M. (2000). -L’évaluation des impacts environnementaux: un outil d’aide à la décision, éd. Multimondes, 403 P.
36) Lestel L., Carré C. (2017).-Les rivières urbaines et leur pollution, Quae, NSS, 296 P.
37) Malek K., Mino J.-C., Lacombe K. (1996).- Santé publique : Médecine légale, médecine du travail,éd. Estem, coll. med- line,199 P.
38) Mortureux Y. (2016).- Fondamentaux de l’analyse de risque, regard fiabiliste sur la sécurité industrielle, N°2016-02 , collection Les Regards sur la sécurité industrielle, Fondation pour une culture de sécurité industrielle,Toulouse, 40 P.
39) Ndedi A. (2014).- La démarche qualité en Entreprise : La qualité, l’hygiène, la sécurité et l’environnement, éd.Universitaires européennes, 142 P.
40) Ness B. (2008). – Sustainability of the Swedish sugar sector: Assessment tool development and case study appraisal. Lund University
41) Njoelle S. K. (2002).- Défi technologique et impact environnemental dans les pays en développement : Quelle stratégie pour Rio Tinto Alcan ? Thèse de Master, Agro Paris Tech.
42) Noel J.F., O’Connor M. (1998). -Strong sustainability: Towards indicators for sustainability of critical natural capital. In: O’Connor M., Spash C. (Eds), valuation for sustainable development, Edward Elgar. PP. 75-99
43) Richard, A. J. (1986).- Le mouvement nationaliste au Cameroun : Les origines sociales de l’UPC, Karthala, 121P.
44) Rotillon G. (2005).- Economie des ressources naturelles, Paris, La découverte, collection Repères, 123 P.
45) Rotillon G.- (2007).- Les différentes approches du développement durable, Cahiers Français n°337, Spécial Développement et environnement, Paris, La documentation française, PP. 11-17
46) Saadi H. (1997).- Convergence et divergence des conjonctures des marchés internationaux de matières premières, Thèse de doctorat, Université de Grenoble, 402 P.
47) Saadi H. (2005).-L’économie des matières premières,L’Harmattan, Innoval, 366 P.
48) Subila-Rouge L. (2000).- Aspects juridiques de l’audit environnemental à la lumière des droits suisses et européen, Genève, Librairie Droz, 288 P.
49) Valiquette L. (2015).- Méthodes utilisées dans les études d’impacts : Comparaison des variantes et évaluation de l’importance des impacts, 12 e école d’été de l’IEPF et du Sifee.
50) Saunois M. (2009).- Bilan de l’ozone troposphérique sur le continent africain, thèse de Doctorat, Université de Toulouse, France, 213 P.
51) Samoura K. (2001).- Contributions méthodologiques à l’évaluation environnementale stratégique de l’exploitation du potentiel hydroélectrique des bassins côtiers en milieu tropical : cas du Konkouré en Guinée, thèse de Doctorat en sciences de l’environnement, UQUAM, 304 P.
52) Solow R. M. (1974). – The economics of resources and the resources of economics, American Economics Review, vol. 64, n°2, PP.1-14
53) Solow R. M. (1997).- Georgescu-Reogen versus Solow /Stiglitz, Ecological Economics, 22, 267-28
54) Teneau G. (2009).- Guide commenté des normes et référentiels, Eyrolles, 367 P.
55) Tchinang M. (2011).- L’énergie pour le développement au Cameroun, L’Harmattan, 114 p.
56) Vivien F.-D. (2000).- Industrielle ou politique ? Quelle écologie pour le développement durable ? , in Bourg D., Erkman S. (eds) Industrial Ecology and sustainability : Proceeding, Troyes, Université de Troyes / ICAST.
57) Vivien F.-D. ; Lepart, J. ; Marty, P. (2003).- L’évaluation de la durabilité, Quae, collection Indisciplines, 272 P.
58) Vivien F.-D. (2003).- « Rencontre du troisième type…d’écosystème ou quand l’écologie devient industrielle », Innovations, n° 18, PP. 43-57
59) Vivien F.-D. (2005).- Le développement soutenable, Paris, La Découverte, 128 P.
60) Weber J. (1995).- Gestion des ressources renouvelables : fondements théoriques d’un programme de recherche, Indisciplines, pp35-52
61) Zahm F., et al. (2015).- Agriculture et exploitation agricole durables : état de l’art et proposition de définitions revisitées à l’aune des valeurs, des propriétés et des frontières de la durabilité en agriculture, Innovations Agronomiques, n°46, PP 105 -125

Luc Moutila Beni

Moutila Béni Luc, Chercheur en ingénierie de l'environnement. Tél: +237 655822967 / +237 675380418/ émail : lucmoutila@yahoo.fr

More Posts - Website